Exile – « Dirty Science »

Dirty Science[Album]
16/05/2006
(Sound In Color/2 Good)

Décidemment, le duo Emanon se montre plutôt actif ces derniers temps car, après la sortie de l’album d’Aloe Blacc sur Stones Throw, c’est Exile qui sort le sien. « Dirty Science » squatte clairement la liste des albums incontournables de cet été 2006, comme pour confirmer un talent qui a déjà servi Ghostface Killah et Mobb Deep par le passé, et qui puise dans une palette musicale assez large pour tenter de faire l’unanimité. Car la diversité du travail de ce producteur de Los Angeles semble être un atout pour cet opus, balançant l’auditeur entre hip hop dans la plus pure tradition californienne (« Notch feat MED », « Newest Greatest feat Oh No »), soul, P Funk (« Move On’Em feat Ta’Raach »), ambiances des années 60 comme celles définitivement actuelles. Mais Exile n’oublie jamais de plonger sa musique dans un groove des plus efficaces (« Silver Moon ») et de lui amener une touche personnelle, facilement repérable sur une grosse poignée de titres faisant tout l’intérêt de ce premier effort solo. En effet, le groovy « Time Has Come feat SlumVillage » et sa boucle de piano, le chaleureusement chanté « Summertime In LA feat Jontel & Miguel », l’excellent « Maintain feat Blu, Donel Smokes, Cass & Jontel » avec sa guitare acoustique et son refrain soul, l’énergique « Blamexile feat Blame One », ou « Smoke & Mirrors » avec un Kardinal Offishal au mieux de sa forme, ne sont qu’un échantillon de ce que proposer ce « Dirty Science », varié mais homogène. À noter la présence d’Aloe Blacc sur deux titres (« Spittin’ Image », « Tell You ») histoire de rappeler Emanon à notre bon souvenir. Une vraie réussite donc pour un premier album solo qui pourrait bien faire d’Exile un concurrent dangereux aux incontournables producteurs actuels dans les années à venir

En écoute

1. Smoke & Mirrors     

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire