Everything Everything – « Arc »

every180Album
(Sony)
18/02/2013
Indie

On trouvera difficilement plus britannique que Everything Everything. Bientôt trois ans après un premier opus peu marquant qui lui aura pourtant permis de faire son trou outre Manche, le quatuor opère un retour bien plus prometteur avec « Arc » qui – contrairement aux habituels deuxièmes albums – pourrait bien lui servir définitivement de tremplin. Car, jadis trop timide et pas encore totalement assumée, la musique du quatuor s’offre une toute autre aura ici. Preuves en sont les premiers titres du disque qui ne sont pas sans rappeler l’effet produit avant eux par les Klaxons, Django Django ou Alt-J. Certes, Everything Everything ne partage pas forcément les mêmes influences, mais possède indéniablement cette fraîcheur, cette originalité, comme cette intelligence à laquelle l’Angleterre nous a habitués depuis quelques temps. Plus math pop que ses compatriotes dans l’approche, le combo s’appuie sans retenue sur la voix haut perchée de Jonathan Higgs pour se démarquer, tout comme sur sa science mélodique qui fait plusieurs fois mouche ici et le place définitivement sur les rails d’un avenir radieux. Un avenir seulement car, passé les quelques tubes stratégiquement placés en début de course (les indiscutables « Cough Cough », « Kemosabe », « Torso Of The Week » et « Duet »), l’opus souffre d’irrégularité sur la longueur, ne réservant alors plus que d’épars coups d’éclat (« Feet For Hands », « Don’t Try ») aidant l’enthousiasme à ne pas totalement s’effondrer sous le poids de mièvreries aux allures des plus opportunistes (« Armourland », « The Peaks »). Depuis « Man Alive », Everything Everything a donc gagné en humilité et en efficacité. Ne lui reste plus qu’à maintenir la cadence sur la longueur d’un troisième album qui devrait logiquement gommer les dernières imperfections.

itunes29

En écoute

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire