Ester Drang – « Goldenwest »

Goldenwest[Album]
10/01/2003
(Gentlemen/United Music Company)

Après que The Flaming Lips ou Starlight Mints n’aient redoré la réputation de l’état d’Oklahoma, Ester Drang vient enfoncer le clou avec ce premier album. Avec un line up ayant subi de nombreux changements, le combo semble avoir trouvé sa composition idéale en s’arrêtant sur cinq membres apportant diverses sonorités grâce à l’utilisation de nombreux instruments tels que des percussions et l’intégration de machines dans leurs morceaux

Si l’approche musicale s’inscrit directement dans la catégorie pop, Ester Drang n’a rien du déjà entendu. On pense parfois à Radiohead (« Is Nothing New? », « Words That Cure Pt1 ») tant les compositions peuvent se révéler profondes et atmosphériques (« Felicity, Darling ») notamment grâce à un chant très doux (« Repeating The Procedure ») et l’utilisation de samplers apportant une couleur assez originale. Cela ne fait pourtant pas tout puisque le travail de guitare ou de piano est efficace et donne naissance à des mélodies agréables ne tombant jamais dans une évidente simplicité (« Goldenwest »). Si l’ambiance peut parfois s’avérer hypnotisante, Ester Drang parvient constamment à nous tenir en haleine grâce à de ponctuelles envolées bruitistes donnant une impression de variété et de relief toujours bienvenue à l’écoute de telle production

Les influences de ce premier opus sont nombreuses (on peut reconnaître des petits relans de Boards Of Canada ou My Bloody Valentine entre autres) mais Ester Drang ne tombe jamais dans le plagiat et fait forte impression dés ce premier album. On a droit ici à une musique impressionnante de maturité qui, malgré son petit penchant élitiste, ne va pas en laisser beaucoup indifférents. A découvrir

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire