Erykah Badu – « New AmErykah Pt1: 4th World War »

New AmErykah Pt1: 4th World War[Album]
03/03/2008
(Motown/Universal)

En réapparaissant officiellement aussi souvent qu’ont lieu les élections présidentielles américaines, la belle Erykah Badu sait se faire attendre. Depuis 2003 et son « Worldwide Underground« , elle se terrait dans l’ombre d’une musique urbaine devenue jetable, laissant les assoiffé(e)s de tubes répondre aux attentes de leur public, tout en préparant, bien sagement dans son coin, un retour une nouvelle fois bien mijoté. Et si le tableau peut paraître un peu sombre, il en a toujours été ainsi avec la diva, comme marginale et constante au sein d’un monde musical tentant ici une percée 70’s distrayante, ou empêtré là dans des mièvreries commerciales usantes (le dernier Jill Scott, sa concurrente directe). Le terrain était donc prêt pour ce « New AmErykah », nouvel album déjà prévu en différents chapitres cette année

« 4th World War », premier volet trompeur en raison d’un « Honey » beaucoup trop sucré pour figurer autrement qu’en titre caché, ne fait évidemment pas exception à sa règle. L’Américaine a continué sa progression vers ces sonorités électroniques, aussi discrètes depuis « Mama’s Gun » que peu évidentes pour l’oreille distraite (« My People », « Twinkle »). Pour cela, elle a entrepris un renouvellement oxygénant des producteurs qui l’ont jusqu’ici entourés, préférant faire appel à des Madlib (le génial et psyché « The Healer »), Sa-Ra, Kariem Riggins (Slum Village), ou 9th Wonder, tous plus visionnaires, bien que ce nouvel opus marque un retour plus net vers le hip hop (« Soldier », « The Cell »). Retour mais changement quand même: une manière pour elle aussi d’afficher ses volontés en période électorale et d’y faire entendre les grandes lignes de son programme

Car la demoiselle n’hésite plus à s’engager, poussant le Social au centre de ses préoccupations. Ainsi, en une grosse dizaine de titres, elle rappelle tristement tous les fléaux de notre société, ceux touchant notamment la communauté noire américaine et qui lui parlent certainement plus directement. Violences, drogue, police, conséquences et gestion des ravages de l’ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans, ou cette guerre irakienne interminable, étaient autant de raisons pour que sa plume s’en trouve inspirée. Du coup, si pour beaucoup sa musique est source de douceurs, autant seront surpris d’y trouver quelques chardons

En effet, jamais Erykah Badu n’oublie, qu’il s’agisse de ses valeurs (l’hommage à Jay Dee via le jazzy « Téléphone ») ou de celles de son style musical de prédilection. Pour elle, la soul doit faire réfléchir, plus que simplement distraire et devenir la vitrine des dérives du système. Pour cela, elle ne dévie pas pour autant de ce qui a toujours fait son succès: d’excellentes chansons envoûtantes que beaucoup viendront encore aveuglément chercher (« That Hump », « Master Teacher », « Me »). La trilogie « New AmErykah » débute donc sur les chapeaux de roue, mais en sera que plus incontournable si elle devait se révéler constante dés la sortie du deuxième volet. Une forte probabilité qui ne serait finalement pas une surprise… Confirmation en juillet prochain

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Une réponse à Erykah Badu – « New AmErykah Pt1: 4th World War »

  1. Ruben 9 août 2009 à 13 h 40 min #

    Les expérimentations de « Worldwide Underground » ont laissés des traces…Erykah Badu aurait-elle jetée son costume de diva?Si tel est le cas,il semblerait que cela ait été pour le plus grand bien de sa musique. »New Amerykah part 1″ est son album le plus homogène,cela est en grande partie du à ces sons électroniques qui créent des ambiances lorgnant parfois vers l’ambient(« Twinkle »);mais aussi à la facon dont elle chante sur des morceaux comme « My People », »The Healer » où elle multiplie les pistes vocales.On pense à Georgia Anne Muldrow qui est d’ailleurs présente sur cet album.Le titre de ce premier opus de la série « New Amerykah » est 4th World War…et c’est bien une bataille que livre la Badu aux codes d’une musique qu’elle a largement contribuée à créer…la Nu/Neo Soul.Alors je me mets à rêver…..Va t-elle oser un jour une rupture un peu à la Massive Attack?Lorsque l’on sait que l’un des ses albums préférés si ce n’est son album préféré est « Dark Side Of The Moon » de Pink Floyd,on se dit que ca n’aurait rien d’inattendu.Puisque si c’est album est le meilleur album d’Erykah Badu à ce jour,il donne aussi l’impression qu’elle se sent à l’étroit dans ce genre musical.Alors va t-elle se contenter de déplacer quelques meubles ou va t-elle partir en vrille et abattre quelques cloisons?…à suivre….

Laisser un commentaire