Errors – « It’s Not Something But It Is Like Whatever »

It's Not Something But It Is Like Whatever[Album]
19/01/2009
(Rock Action/Pias)

Depuis qu’Errors a intégré la scène écossaise, il n’a cessé de consolider un répertoire personnel, à mi chemin entre le post rock et l’électronique, puisant chez le premier son éternelle insatisfaction, et chez la seconde son inépuisable source d’ambiances et de sonorités. Entre ces deux parenthèses, le quatuor invite ses multiples influences, qu’elles soient house, techno, hardcore, ou même jazz, chacune intervenant plus ou moins franchement selon les titres. Si bien que, depuis maintenant 2005, le combo évolue au sein de la sphère Rock Action, label des incontournables Mogwai devenus l’assurance tout risque de chacun de leur petit protégé. Sans surprise, mais sans révolutionner le monde de la musique pour autant, « It’s Not Something But It Is Like Whatever », produit par John Cummings et enregistré au Castle Of Doom bien connu des fans, leur donne raison. D’autant qu’il installe définitivement Errors parmi les formations electro instrumentales à surveiller, les guitares étant nettement plus présentes, et James Hamilton, batteur rapporté pour insuffler un peu de chaire fraîche au milieu des machines, s’étant désormais fait sa place. Seule exception parmi ces dix titres, « Cutlery Drawer » accueille George Pringle, écrivain et performeur londonienne venue y poser son spoken word. Pour le reste, Errors laisse parler la musique, hausse le rythme à quelques occasions offrant à son album quelques brefs élans dancefloor (« Dance Music », les excellents « Pump » et « Bagpipes »), pousse en avant synthés (« Salut! France ») ou guitares (« Still Game ») selon l’atmosphère recherchée pour obtenir ce qu’il faut de variété au sein d’un disque cohérent qui ne quitte pas son fil rouge des yeux. Ainsi, et à la grande surprise d’une majorité de lecteurs qui associeraient souvent à raison (mais ici à tort) le post rock à ses éternels démons indigestes, le groupe saute tous les obstacles grâce à un bouquet de belles mélodies et de rythmiques légères. Mais, loin d’avoir gagné la course, Errors est encore trop rigide, manque encore d’un poil d’inspiration, pour s’offrir un capital sympathie capable de tenir la route des mois durant. C’est pourquoi « It’s Not Something But It Is Like Whatever » ne se sera peut être pas encore dévoilé à vous quand vous déciderez de mettre les voiles

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire