Equinox – « Welcome To The Neon Golden Age »

Welcome To The Neon Golden Age[Album]
21/06/2005
(Equinox/La Baleine)

S’il sort tous les jours des disques plus ou moins bons, on ne pourra jamais reprocher à certains musiciens de traiter aussi bien le fond que la forme lorsqu’ils s’appliquent à donner à leur oeuvre un aspect conceptuel. Peu importe lequel, du moment que le tout en sort grandi. Et même plus que cela parfois. Car si on écoute cette première compilation du label Equinox, on note aisément dés la première écoute son homogénéité, cette qualité constante aussi bien dans les titres que dans la production. Reste qu’un léger manque d’originalité freine définitivement notre enthousiasme. Et on pourrait en rester là. Mais derrière, il y a comme une réflexion, la volonté de réunir six artistes différents, de six régions différentes, avec six visions différentes, dans un seul but: donner une identité musicale au label

ArcSin est new yorkais, a un net penchant pour l’electro hip hop sombre et atmosphérique (« PWM Depth »), et a déjà vu quelques unes de ses productions se retrouver sur le troisième volume des compilations Def Jux, avant de sortir son propre album sur la sous division du label, DRX. Dans un autre genre, mais pas si éloigné car un poil plus électro, l’autrichien Danny Decock. Emynd, de Philadelphie, est quant à lui plus farfelu, plus eighties, n’hésitant pas à sortir des sentiers battus comme le prouve sa carrière ou il s’est un temps acoquiné avec la clique Anticon. Beaucoup plus glauque et minimaliste, l’allemand Mnemotrauma, allié des Shapeshifters. Mais c’est surtout le munichois Dj Scientist (beaucoup moins convaincant sous le pseudo Echelon) qui nous étonnera par son sens de la composition, sorte de clash entre Fourtet et Dj Shadow ou l’efficacité du beat n’enlève rien aux doux samples de guitare ou de flute (« Raincoatman »)

Sous un tel couvert d’anonymat, il faudra une certaine curiosité aux fans d’electro hip hop pour se procurer ce disque et se laisser séduire. Disons le, dans le genre il y a clairement mieux. Mais bien pire aussi. La qualité est là, l’intention aussi, alors on ne se privera pas de cautionner ce genre d’initiative collective dont le perfectionnisme va jusqu’au packaging en livret cartonné. A écouter donc… en attendant un second volume

Ecoutez un extrait sur le site du label

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire