Envy – « Recitation »

envy180Album
(Temporary Residence)
11/10/2010
Post hardcore

Riches d’un parcours scénique remarqué dans le monde entier et d’une discographie déjà bien remplie, les japonais d’Envy nous reviennent avec « Recitation »: douze titres qui nous plongent dans des alternances d’éclaircies et de nuages chargés de pluie, qui tombent à point nommé en cette saison automnale. En effet, cette nouvelle salve est d’une ambiance générale planante, parfois mélancolique et sombre, écorchée d’explosions massives où les guitares et le chant – tantôt parlé et saturé de Tetsuya Fukagawa – semblent déchirer l’âme et les membranes des hauts parleurs. Un mur du son que le quintet éprouve et maitrise depuis plusieurs années maintenant, mais qui semble par instants se porter un peu plus vers des ambiances popisantes dans ses rythmiques et ses mélodies (« Rain Clouds Runing in a Holly Night », « Pieces of the Moon I Weaved », « A Breath Clad in Happiness »). A souligner, les très efficaces « Dreams Coming To An End » et ses guitares plus brutes et incisives, la courte respiration de « Incomplete », bulle d’air musicale et acoustique à la tournure presque baroque, ainsi que « 0 and 1 » et son slow-core puissant et torturé. Envy reste là dans le savoir-faire qu’on lui connaît, dans cette sphère musicale intense où rage et mélancolie se télescopent avec brio, où les émotions se disloquent et se répondent dans des incisions de guitares. On pourrait reprocher aux talentueux Japonais de toujours resservir la même recette, mais on préférera voir en « Recitation » la continuité d’un univers singulier, très fortement marqué, tant le groupe maitrise toujours la puissance émotionnelle dans ses compositions et ses arrangements. S’il était un orchestre philarmonique, nul doute que la puissance de son propos musical resterait intacte. Aux siècles passés, les poètes se délectaient de l’automne, la première décennie du 21eme siècle possède la poésie musicale d’Envy.

En écoute


À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire