Ektola – « #1 »

#1[Album]
01/01/2003
(Maskes Feuillus/Mosaic Music)

Plus qu’un album qui ne s’avère pas incontournable, c’est plutôt l’approche de la musique d’Ektola que nous soulignerons dans cette chronique. En effet, si ce premier album transpire la fraîcheur, chacun de ses éléments ne tient pas d’une originalité à toute épreuve. Car elle est longue la liste des groupes qui se sont réfugiés sous le métissage des musiques. Certains se sont faits bien vite oublier, d’autres font encore parler d’eux. C’est sûrement cette deuxième option qui concerne ce groupe du sud de la France. Car Ektola, et ses dix musiciens, se foutent royalement de la catégorie dans laquelle on va les caser. Et à ce jeu là, ils sont bien malins car celui qui y parviendra ne semble pas encore né. Car lorsqu’on grandit en écoutant IAM, la Mano Negra, Wu Tang Clan, Operation Ivy, Roni Size ou Ken Boothe, il ne faut pas s’attendre à avoir des oeillères. Alors, me direz vous, et ce premier album? Simplement moyen lorsqu’il est écouté en fond et simplement intéressant lorsqu’il est écouté attentivement. Pas de génie tout au long de ces 14 titres mais un sacré lot de surprises qui le sauve du banal. Ca rappe sur du reggae, ça se la donne ragga sur des rythmes drum n’bass, on passe du ska au punk, du dub à la soul, bref on voyage à travers la musique revendicative. Et même si des fois on a l’impression d’écouter Sinsemilia ou la Ruda, les esprits ouverts leur pardonneront.

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire