Ed Wood Jr – ‘Lost.Drive.Water.Exit’

Ep / Black Basset / 27.04.2015
Math rock

Le label bruxellois Black Basset Records ne cesse d’agrandir son chenil. Après Quadrupède, Seilman Bellinsky ou autres Billions of Comrades, c’est au tour d’Ed Wood Jr de rejoindre la meute. Plus discrets depuis leur deuxième album ‘Silence’ (2011) et les dates de concerts qui ont suivi partout en Europe jusqu’au Canada, les lillois ont pris le temps de reposer les bases de leur math rock énergique pour nous offrir ‘Lost. Drive. Water. Exit’, un Ep sous le signe du renouveau. Plus expérimenté, plus assagi, mais loin de s’endormir sur ses lauriers, le binôme explore de nouvelles sensations. Expérimentations sonores, bidouillages, chants et rock aux allures progressives font de ce nouveau disque un cocktail brulant.

Bien que l’on retrouve immédiatement la patte du groupe, en quatre titres, Ed Wood Jr creuse plus profondément son univers et met de l’air dans ses arrangements. Ainsi, les compositions moins chargées s’ouvrent vers de nouveaux espaces. Les guitares se font plus discrètes que par le passé, laissant place à des sonorités électroniques, hypnotiques et stridentes. Les deux évitent également la surenchère d’effets et de technicité qui pouvait parfois alourdir certaines de leurs précédentes compositions. Plus matures, ils assoient alors des titres plus mesurés et aux humeurs mouvantes.

Ainsi, ‘Lost’ et ‘Drive’ posent les jalons de la nouvelle couleur du groupe, et viennent nous envelopper de nappes synthétiques et de batteries sèches. L’alchimie se veut faussement légère et dansante. Le chant de plus en plus présent dans les compositions du duo tient ici une place majeure, voire même plus importante que les guitares. ‘Water’ se veut plus calme, laisse place à des accords plus ouverts, avides d’espaces. Puis ‘Exit’, en apothéose, nous rappelle, dans ses changements rythmiques, qu’Ed Wood Jr est avant tout un groupe aux humeurs frontales et capable à tout moment de nous envoyer à la tronche une énergie dévastatrice.

Les lillois reviennent donc avec un disque plus ancré qu’auparavant dans des perceptions synthétiques et des chants de plus en plus réguliers. Avec ‘Lost, Drive, Water, Exit’, ils affirment ce virage en faisant évoluer leur math rock vers des univers plus ouverts où les boucles de guitare se font plus rares. Espérons que les fans de la première heure retrouvent le plaisir connu lors des précédents efforts, et surtout que le groupe continue de creuser le sillon de ce renouveau, car le pari est aussi osé que réussi.

‘Lost’, ‘Drive’, ‘Exit’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire