Easy Star All Stars – « Easy Star’s Lonely Hearts Dub Band »

easy1801Album
(Easy Star)
14/04/2009

Après les répertoires des Pink Floyd et de Radiohead, on se demandait à quelle œuvre les Easy Star All-Stars oseraient s’attaquer en y injectant la dose de reggae roots qui les caractérise. Le titre et la pochette de ce nouvel opus ne font pas planer le mystère plus longtemps: alors que 3 lockseux vêtus d’uniformes de parade vert, jaune et rouge aux multiples blasons se tiennent debout au milieu de quelques plans de cannabis, une grosse caisse trône au centre, sur laquelle figure le titre «Easy Star’s Lonely Hearts Dub Band». Un ensemble suffisamment explicite pour renvoyer directement au mythique «Sgt’s Pepper Lonely Hearts Club Band» des non moins mythiques Beatles. Les ESAS ont donc eu le culot de reprendre à leur compte un des plus grands disques du groupe le plus éminent de la pop anglaise! Pari audacieux mais non insurmontable. Il faut dire que le concept originel de l’album des Beatles se prêtait à ce genre d’expérimentations, tant l’onirisme, l’imaginaire, la couleur, la festivité y étaient déjà largement présents. Les ESAS ont su s’en servir comme tremplin sans les dénaturer. Restant très proche des compositions originales (ce qui est à la fois louable et critiquable, certains pouvant n’y voir que facilité et plagiat), le band a recruté une fois de plus les grandes voix de la musique jamaïcaine, afin de les substituer à celles de Lennon, McCartney, Harrison et Ringo Starr (Luciano, The Mighty Diamonds, Sugar Minott, Michael Rose, Steel Pulse…). Si certains titres perdent de toute évidence de leur énergie et de leur psychédélisme sous l’effet anesthésiant du one drop («Lucy In The Sky With Diamonds», «Getting Better», «A Day In The Life»), d’autres semblent trouver une nouvelle jeunesse au travers d’arrangements dubisants («Fixing A Hole» feat. Max Romeo, «When I’m Sixty-Four» feat. Sugar Minott), d’une voix féminine aux accents soul (celle de Kristy Rock, magnifique sur sa version de «She’s Leaving Home») ou d’un chant toasté («Being For The Benefit Of Mr. Kite !» feat. Ranking Roger, «Lovely Rita» feat. Bunny Rugs & U-Roy). Malgré ses quelques tâtonnements bancals, ce dernier projet des ESAS, menés par Michael Goldwasser et Ticklah, reste un très bel hommage rendu aux Beatles, faisant revivre le temps d’un album «le club des cœurs solitaires du Sergent Poivre». Une autre façon de réécouter l’œuvre des «quatre garçons dans le vent», en les imaginant conduits par leur sous-marin jaune sur l’île jamaïcaine…

Achetez sur:
itunes14

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire