Eastern Standard Time – « Tempus Fugit »

Tempus Fugit[Album]
17/01/2005
(Grover/Import)

Alors que le ska disparaît petit à petit des bacs des disquaires (jusqu’au prochain revival fashionesque), que les concerts se font nettement plus rares, Grover continue de défricher le genre et d’aller piocher de par le monde les dernières révélations sur lesquelles Moon Ska et autres structures ont désormais décidé de ne plus se pencher. Loin de la volonté des médias à lancer des tendances aussi facilement qu’on retourne une crêpe dans sa poele, c’est du côté de Washington que Eastern Standard Time fusionne les rythmes jamaïcains avec le jazz et les mélodies de la soul, le tout avec une maturité gagnée au fil de quatre albums qui ont construit petit à petit leur marque de fabrique. King Django est aux manettes et s’est évertué à respecter les racines jamaïcaines de la musique des EST tout en faisant un pas en avant en terme de qualité de production. Les nombreux invités contribuent eux aussi à l’intérêt de ce nouvel opus : la diva nu soul Deborah Bond, le pianiste latino Eli Staples, Dr Ring Ding parmi d’autres ne font qu’élargir la palette musicale de cette galette, sans surprise certes, mais qui se laisse très facilement écouter. Ainsi, « It’s Alright » et son rythme enjoué, la chaleur sud américaine de « Agua y Cerveza », les posés et rocksteady « Step Ready » et « Bésame » rappelant Hepcat, ou le final « Can’t Keep a Good Man Down » emmené par le Docta contribuent tous à la richesse et la diversité de ce « Tempus Fugit » que les amateurs de contre temps sauront apprécier à sa juste valeur.

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire