Earl – « Squeal »

Squeal[Maxi]
01/01/2006
(Autoproduit/Autoproduit)

« Squeal »: cri perçant, grincement, hurlement, crissement. Voilà les différentes définitions que l’on trouve dans le Robert & Collins. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce jeune trio issu de la scène angevine ne fait pas dans la publicité mensongère

En clair, ce premier maxi officiel (une démo a circulé sous le manteau) de Earl n’est peut-être pas le premier truc à jouer chez vous si vous entretenez déjà une relation litigieuse avec vos voisins de pallier. Parce que ça fait du bruit. Beaucoup de bruit. Pourtant au départ, Earl aurait plutôt l’art de composer de bonnes pop songs, avec des refrains accrocheurs, des riffs efficaces et des rythmiques qui groovent. Et s’ils s’arrêtaient là, ils pourraient même simplement passer pour un bon groupe de rock de plus. Mais ce n’est pas le genre de la maison de faire comme tout le monde… Que nenni. Le trio préfère de loin s’amuser aux apprentis sorciers en opérant toutes sortes de mutations pas très catholiques sur leurs morceaux et donner ainsi naissance à des créatures hybrides, mâtinées de screamin’ hardcore, de métal, de free jazz, de grind ou de heavy funk. On imagine que les Angevins ont dû beaucoup écouter les projets de Mike Patton, The Melvins, Primus, Death By Stereo, Tom Waits ou Infectious Grooves. Mais le résultat est assez bluffant, car jamais prise de tête, et devrait pouvoir intéresser tous les fans des groupes précités. A surveiller de près en tout cas

En bonus caché, un petit clin d’oeil à leurs potes power-poppeux de Daria dont on attend un album pour la rentrée, soit dit en passant

En écoute

1. Baloo     
2. Vomited Fragrance     

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire