Charles Bradley – ‘Soul Of America’

DVD / Daptone / 28.10.2013
Documentaire

Janvier 2011, alors qu’un froid glacial s’abat sur New York, le sexagénaire Charles Bradley s’apprête à sortir son premier album: un destin hors du commun qui aura eu, non seulement le mérite de livrer à la critique une des plus belles histoires jamais racontées, mais aussi de souligner une qualité musicale indéniable, garantie sur le papier par l’active participation des musiciens du label Daptone, déjà à l’oeuvre au sein des Dap Kings ou du Menahan Street Band. Jusque-là inconnu au bataillon, le ‘Black Velvet’ – comme on le surnommait du temps ou il sillonnait les routes en reprenant James Brown – voyait enfin l’occasion de tourner définitivement le dos à une vie de misère, passée à toujours rêver de joyeux lendemains.

Le business musical ayant déjà largement tiré les ficelles de l’émotion pour vendre des disques par milliers, beaucoup pouvaient – hier encore – aisément douter de la véracité de ce conte de fée. Plus maintenant. Et pour cause, plusieurs fois primé, le film ‘Soul Of America’ accompagne Charles Bradley durant les quelques semaines précédant la sortie de ‘No Time For Dreaming‘. Ainsi, pendant environ 70 minutes, entre images de live, de répétitions, de sessions radio, et quelques témoignages de poids (Gabriel Roth qui l’a découvert, et Thomas Brenneck son guitariste), le spectateur se voit plongé dans l’intimité du monsieur grâce à une caméra assez intrusive pour qu’un sentiment de gêne l’envahisse parfois.

Authentique, sans pudeur, mais sans jamais la jouer miséreux, Charles Bradley invite quiconque à découvrir la dureté du quotidien qui était encore le sien il y a quelques mois, et surtout à mesurer la chance et le mérite de ce qu’il considère comme un don de Dieu. Croyant jusqu’au bout des ongles, fils dévoué à une mère aussi malade que peu irréprochable, envers laquelle il pourrait très justement se montrer rancunier, cet autre Grand Charles se découvre, raconte sa vie, ses épreuves, ses anecdotes, ses incertitudes, mais ne manque pas d’illuminer aussi ce film de moments d’espoir et d’excitation totale (composition en studio, préparation du premier concert, découverte du premier article à son sujet dans le New York Post par exemple…), habituellement réservés à de jeunes musiciens en devenir.

Sans tricherie ni mise en scène, ‘Soul Of America’ est un documentaire incontournable pour qui est tombé sous le charme de la soul, comme des prestations live de ce personnage hors du commun, cet homme bon très justement récompensé par une destinée que lui-même n’avait pas vu venir, et que le public était bien loin de penser si nécessaire et opportune.

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire