Dub Gabriel – « Anarchy & Alchemy »

Anarchy & Alchemy[Album]
17/11/2008
(Destroy All Concepts/Spirale/DG)

Tant qu’il y a de la basse, Dub Gabriel tabasse. C’est ainsi que, depuis plus de dix ans, il se laisse guider par son flair dans les rues de New York, à la rencontre de ceux qui l’ont aidé à devenir culte, qu’ils soient issus de l’electro, du dub ou du hip hop. Et rien qu’à Big Apple, ca fait du monde: du label Wordsound à Public Enemy, en passant par Jamalski, Dr Israel, Badawi, ou Qaballah Steppers, tous ont pris l’habitude de se délecter de sa musique au spectre assez large, tant qu’elle laisse la part belle aux sourds vrombissements. Si « Bass Jihad », son précédent album, a connu un véritable succès en 2005, Dub Gabriel n’a pas pour autant choisi de simplement rééditer l’exploit. Trop simple pour un producteur de son rang. Il a plutôt laissé ce « Anarchy & Alchemy » s’imprégner de son expérience de Dj résident à Berlin, là ou cet album fut composé, pour mieux le ramener ensuite aux Etats-Unis et le proposer à une pléthore de voix, la plupart prestigieuses sans qu’elles parviennent pour autant à lui faire de l’ombre. Un bel exploit quand on voit qu’ont été convié Michael Stipe de REM (sur « Cheree », reprise de Suicide), Yo Majesty, Sami Yafa (New York Dolls), Mark Pistel (Meat Beat Manifesto), et Dr Israel pour n’en citer qu’une poignée parmi tous les invités de cette fête un brin mystique (« Battle Of The Righteous Man »). Exit les influences world music, le producteur de Brooklyn leur déroule cette fois un long tapis d’une musique planante, définitivement urbaine par son côté sombre, totalement mise à leur service, et laissant la place au propos. Illustration parfaite avec l’ouverture « Chasing The Paper » laissant entière liberté à un Jah Dan s’en prenant au matérialisme, avec l’excellent « Run Down » (feat No Surrender) visant la justice, ou le totalement soporifique « La Vie s’Envole » bercé par le chant français de Judith Juileratt. Heureusement aussi, quelques titres viennent réveiller les morts, apportent une touche plus vitaminée et positive, comme le frais et dansant « Pony Girl » par Yo Majesty, le toast ragga de Juakali sur « Mash Out », ou le rythmiquement appuyé « Crooklyn Clouds » (feat 77Klash). Et bien que ce « Anarchy & Alchemy » soit assez bien mené, finalement assez varié, il lui fallait bien ces quelques éclairs de lumière pour espérer emmener l’auditeur jusqu’au bout de son oeuvre. Celui là en sera comblé s’il est un minimum sensible aux terrains de prédilection de Dub Gabriel

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire