Drenge – ‘Undertow’

Album / Infectious Music / 06.04.2015
Rock

Un line up limité à une guitare et une batterie ne laisse finalement que peu de possibilités pour se démarquer de tous ceux qui ont fermement essoré la formule jusque-là. Tous les descendants des Black Keys, des Kills ou des White Stripes ont forcément été confronté à cette difficulté. A défaut d’abattre la carte de l’originalité, Drenge s’en tirait pourtant avec les honneurs il y a à peine deux ans, quand il débarquait de nulle part avec un premier album éponyme sous le bras. Plein de bonne volonté et de talent, les deux anglais larguaient un rock inspiré, bien mené, sans pouvoir gommer l’ombre omniprésente de leurs ainés. Pas certain qu’ils y parviennent avec ‘Undertow’, même si ce nouvel opus ne semble aucunement souffrir d’une quelconque pression. Fort d’une plus grande maturité, les deux (trio sur trois titres accueillant un bassiste) ne foncent plus systématiquement tête basse, et déroulent des compositions qui trahissent une envie certaine de varier les plaisirs, en toute liberté (‘Running Wild’, ‘Have You Forgotten My Name?’). Certes, quelques tubes sont encore crachés avec vigueur, à grands coups de riffs, de mélodies (‘Side By Side’) et d’essence purement rock n’roll (‘We Can Do What We Want’), mais ils laissent cette fois la main à des compositions plus surprenantes, plus riches (‘Never Awake’), révélatrices de nouvelles facettes du duo. Ouvertement pop sur ‘The Woods’, plus heavy et sombre qu’à l’accoutumée sur ‘The Snake’ ou ‘Standing In The Cold’, totalement instrumental sur le morceau éponyme, Drenge a beau ne pas toujours réveiller les passions dans ses tentatives, ‘Undertow’ laisse néanmoins une belle impression: celle d’un groupe conscient de ses limites, qui redouble d’efforts pour exister. De bon augure pour espérer marquer définitivement les esprits un jour.

‘Never Awake’, ‘We Can Do What We Want’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire