Drenge – « Drenge »

drengeAlbum / Infectious / 19.08.2013
Rock garage bluesy

Le temps passe vite, et un nouveau venu comme Drenge ne se prive pas de le rappeler. En citant Queens Of The Stone Age, les Black Keys ou les White Stripes, et en faisant irrémédiablement penser à Black Box Revelation, les deux frangins anglais incarnent une nouvelle génération qui en a manifestement sous la semelle. Restait donc à Eoin et Rory Loveless de faire du neuf convaincant avec du vieux maintes fois ressassé. Ce premier album éponyme – produit par Ross Orton (Arctic Monkeys) – ne laisse pas le doute résister plus longtemps qu’un morceau. Si l’ombre de ses idoles plane inévitablement ici ou là, Drenge – du haut de ses vingt ans de moyenne d’âge – possède assez de fougue et de talent pour déjà s’extirper du piège du plagiat. En guise de bouclier, le duo guitare/batterie lève quelques tubes rendus remarquables par l’efficacité de leurs mélodies tout droit venues du garage, le groove et les riffs hérités du blues, qu’il décroche avec autant d’aisance que d’arrogance. Malgré quelques passages un poil bourratifs et quelques morceaux rendus prévisibles sur la longueur, Drenge fait une entrée pour le moins remarquée dans la cours de grands risquant de se faire sérieusement quelques cheveux blancs.

avoir

enecouteintegrale

aecouterenpriorite

« I Want To Break You In Half », « Bloodsports », « Backwaters »

À lire ou écouter également:

, , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire