Dosh – « Wolves And Wishes »

Wolves And Wishes[Album]
13/05/2008
(Anticon/Differ Ant)

On serait presque réconcilié avec la musique de Dosh depuis son « The Lost Take« , sorti en 2006, et de loin son album le plus passionnant à ce jour. De quoi se ravir de l’arrivée de ce « Wolves And Wishes » que l’on espérait simplement tel une suite logique du précédent. Ne passons pas par quatre chemins, Dosh a retrouvé les vieux démons de la musique free et fait marche arrière avec ces nouveaux titres majoritairement bordéliques (« Bury The Ghost », « Wolves », « Food Cycles » proche de Konono n1). Batteur de formation, le californien aura peine à le cacher tout au long de ce tracklisting ou les rythmiques s’entrechoquent (« If You Want To You Have To »), quand elles ne viennent pas en plus percuter de multiples instruments, ceux de Fog notamment (violons, guitares…), venus se tailler eux aussi la part du gâteau. A tel point que tout finit par ne devenir que pollution sonore, de laquelle s’échappent quelques mélodies parvenant à se frayer un chemin quand quelques-uns des instruments utilisés veulent bien se mettre en veille. Ce qui ne dure malheureusement jamais plus de quelques secondes hormis peut être sur le trop long et abstrait « First Impossible » qui les laisse seulement s’imaginer. Et satisfaisons nous alors que le bonhomme n’ait jamais voulu ajouter une quelconque machine rythmique à cette cacophonie qui, poussée parfois à l’extrême, rend quelques uns des morceaux finalement abordables (« Don’t Wait For The Needle To Drop »). Seul le minimaliste « Kit And Pearle », aidé des violons d’Andrew Bird et des voix de Dark Dark Dark, parviendra à s’imposer de lui-même. Pour le reste, Dosh nous balance un flan dans la gueule, une déferlante de son indigeste et décousue dont il est bien difficile d’atteindre le bout. Qu’il se soit amusé, on n’en doute pas. Nous, on le laisse à ses Lego..

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire