Doppler – « Songs To Defy »

Songs To Defy[Album]
18/09/2008
(SK Records/Abeille Musique)

Lyon aime le bruit, et le fait une nouvelle fois savoir en envoyant Doppler, son missionnaire du moment qui, avec son nouvel album « Songs To Defy », va lui aussi pousser toutes les aiguilles dans le rouge. « Ça va saturer… Il faut que ça gueule… »: pas pour rien que ces premiers mots sonnent comme un avertissement avant que se déverse sur nous ce flux électrique, tendu et dissonant que la scène rock de la Capitale des Gaules cultive et entretient depuis de nombreuses années, plus précisément depuis que les Condense, Deity Guns, et Bastard ont su prouver à quel point le bruit pouvait être jouissif. À l’instar des Bananas At The Audience, Ned, et Kabu Ki Buddah, Doppler est de cette génération de dignes héritiers qui permet au patrimoine musical de la ville de traverser les modes et les âges, sans jamais être remis en cause. « Songs To Defy » fait un nouveau pas dans ce sens, enchaîne les moments d’ultime tension, multiplie les rythmiques, fait crier la guitare, martyrise la basse, matraque les peaux, irrite les cordes vocales, fait ressortir les veines, serre les dents, les fesses aussi, glisse quelques riffs mélodiques et brèves accalmies pour détendre un peu l’atmosphère et repartir de plus belle au royaume des décibels. Et comme les meilleures références en termes de noise, il parvient à emmener l’auditeur vers un état de transe où finalement, au sein de cette cacophonie parfois assourdissante mais le plus souvent impeccablement maîtrisée, tout s’éclaircie, devient distinct, et mieux encore, suscite l’émotion: la preuve irréfutable que Doppler est passé maître en la matière. Vérification faite tout au long de ces sept titres où chaos et frénésie se côtoient dans un écrin souvent hypnotique, toujours envoûtant. Comme ses camarades, le groupe est synonyme de surchauffe et d’hypertension. Tout ce qui fait qu’à Lyon, on continue de rugir de plaisir

Ecoutez un extrait ici.

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire