Don Adams – « Watts Happening »

Watts Happening[Album]
01/05/2007
(Sonorama/2 Good)

Les années 70 n’ont pas encore dévoilé tous leurs secrets, quelques artistes de l’époque sont restés longtemps inconnus jusqu’à de belles rééditions voyant le jour aujourd’hui. « Watts Happening » de Don Adams (alors membre de la production musicale « Hair », et boxeur semi-professionnel à l’époque), réédité pour la première fois cette année, en est incontestablement une. Et retrouver trace de cet incroyable chanteur de soul écossais décédé en 1995 n’a pas du être chose facile. Enregistrées à Munich en 1969 avec la crème des musiciens allemands de l’époque (Dusko Goykovich, Lothar Meid, Olaf Kuebler…), cette petite quinzaine de pépites forme une vraie belle parure de soul/funk. Puisant dans les différents courants du genre en vogue aux Etats Unis il y a trente-cinq ans de cela, Don Adams montre quelques belles facilités le rapprochant dangereusement des plus belles voix du label Stax, qu’il pose sur des orchestrations directement héritées des plus belles heures de la Motown. Ainsi, « Watts Happening » hésite merveilleusement entre titres funky dont le groove, le swing et les cuivres se montrent imparables (« I Can’t Stand Living Without Her »), soul impeccablement exécutée (« Rest My Soul »), et douces ballades spirituelles, réelles invitations à l’étreinte (« Home Again Hello », « Look Into a Mirror », le sublime « Where Are We Bound »), le tout sans compter sur ce voile Mod, typique de l’Angleterre de la fin des sixties, flottant constamment ici. Une grosse dose d’émotion, un son d’époque, des titres fabuleux et indémodables, tout pour enfin faire de ce disque un incontournable de votre discothèque soul, au même titre qu’un Otis Redding ou d’un James Brown. Encore plus quand il n’est jamais trop tard et que quelqu’un a eu le bon goût de le dépoussiérer des années passées sans même connaître son existence..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire