Does It Offend You Yeah? – « Don’t Say We Didn’t Warn You »

does180Album
(The End)
14/03/2011
Electro rock poisseux

En 2008, alors que la fronde était rondement menée par les Justice et Klaxons, les Anglais de Does It Offend You Yeah? sortaient un premier album en tous points opportuniste, sans surprise, à tel point qu’il fut très vite oublié. En effet, si l’opus alignait quelques titres capables de rivaliser avec ceux d’artistes alors en première ligne sur les set-lists des dj-sets, qui peut nous en fredonner un encore aujourd’hui? Trois ans plus tard, le groupe n’a semble t-il pas retenu la leçon. Pire, il a gagné en mauvais goût, comme perdu  qu’il est faute de n’avoir personne à suivre cette fois ci. Rien d’étonnant pour ceux qui auront suivi l’affaire de plus près, qui se seront armés de courage pour écouter un « Yeah! » aussi contributif qu’imbuvable, un « We Are The Dead » aussi pop que grossier proposé gratuitement sur le site du groupe l’an passé, ou il y a seulement quelques semaines le premier single « The Monkeys Are Coming ». À trois reprises déjà, Does It Offend You Yeah? sort l’armada synthétique, avance avec de gros sabots qui l’auront manifestement empêché d’évoluer à la même vitesse que ses concurrents de l’époque. Illustrations parfaites: « John Hurt », juste milieu entre Prodigy et Muse, le hit radio sans aucun intérêt qu’est « Pull Out My Insides », ou ce « Wrestler » directement hérité des influences 2008 mais désormais à côté de la plaque. Dommage, car si le groupe se plante magistralement à l’occasion de cette deuxième salve capable de faire le grand écart entre techno de supermarché et ballade pop, il affiche pourtant quelques bribes de bonnes idées qui auraient mérité de faire des petits. Certes, il faut patiemment les chercher, mais elles sont là. Toujours est il qu’on aurait dû prendre un peu plus au sérieux le titre de cet album, et donc mieux fait de ne pas s’embourber dans ces quarante minutes absolument détestables.

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire