Dj Spooky vs D.Lombardo – « Drums Of Death »

Drums Of Death[Album]
26/04/2005
(Thirsty Ear/Import)

DJ Spooky, Vernon Reid de Living Colour et Dave Lombardo aux instruments, Chuck D. et Dalëk au micro, Jack Dangers à la prod, c’est bon, on est paré à décoller sur ce « Drums Of Death », projet à double face: celle d’une fusion à l’ancienne, qui joue sur la nostalgie de l’époque des collaborations Anthrax / Public Enemy et de « Judgment Night », et celle d’un prog rock métallisé avec des accents jazz plutôt discrets, pas très éloigné de la musique d’Ozric Tentacles

Avec tout ce beau monde, le feu d’artifice n’a même pas vraiment besoin d’être annoncé, il éclate déjà sous nos yeux. Mission accomplie pour la partie fusion oldschool, qui réussit à évoquer un passé bien égratigné par une demi décennie de néo facile, en particulier grâce aux prestations de Chuck D., qui pour les trois reprises de Public Enemy présentes ici, retrouve une pêche qui fait plaisir à entendre: « Brother’s Gonna Work It Out », « Public Enemy #1 », « B-Sides Wins Again » sont de franches réussites relevant guitares et beats bruts à l’ancienne d’un poil d’électronique et d’effets. Le morceau avec Dalëk en featuring, « Assisted Suicide », est quant à lui beaucoup plus calme mais s’avère également un franc succès, à croire que tout ce que touche le petit prince du hip hop saturé se change en or (malgré un flow qui semble décidemment bloqué sur les mêmes rails)

Les choses se gâtent cependant entre chacun de ces morceaux, lorsqu’on aborde les différents composants de la partie prog, qui sont trop proches de démonstrations techniques de rythmique combinant batteries, riffs, scratches et mélodies électroniques cheap pour vraiment convaincre, à l’exception de quelques-uns comme « Terra Nulius ». Le tout parsemé de boucles progs ultra typiques et classiques et par la même pas très aguichantes. Cette deuxième moitié s’avère donc peu intéressante et pour tout dire assez saoulante, rappelant plus des interludes trop longs que de véritables morceaux

Quelques bonnes bombes environnées de plages trop éteintes pour qu’elles raniment l’auditeur ne suffisent malheureusement pas à faire un album assez attirant pour qu’on en recommande l’achat, à moins que vous soyez un fanatique de fusion à l’ancienne, de Public Enemy, ou de DJ Spooky, qui nous avait pourtant habitué à nettement mieux.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire