Dj Mehdi – « Lucky Boy »

Lucky Boy[Album]
30/10/2006
(Edbanger/Because/Wagram)

« Lucky Boy », ce titre ne pouvait pas mieux coller à Dj Mehdi qui sort là son troisième album, le premier pour le jeune label EdBanger qui n’avait jusque-là sorti que des maxis signés par cette scène electro (composée de Justice, SebastiAn, Feadz, Uffie et quelques autres) que le monde entier qualifie déjà de nouvelle french touch. Chanceux, le Parisien peut clairement clamer qu’il l’est, lui qui ne se prédestinait pas à la musique et qui, depuis quinze ans, baigne dedans, multiplie les collaborations au point d’être devenu un acteur musical reconnu

Car avant de s’adonner à un registre clairement plus electro avec ce nouvel album, Mehdi a fait les belles heures de Ideal J et de 113, a contribué à celles de Rohff, Assassin, Mc Solaar ou Booba. Des références pour le moins variées et pas toujours qualitatives mais qui lui auront permis de se constituer un bagage blindé et imperméable pour la suite. Mehdi est désormais un artiste affirmé, avec la force et le courage nécessaires pour sortir de l’ombre du statut de producteur dévoué, qui se jette sous les feux des médias, aidé par Pedro Winter et son label au plus haut de la hype, parisienne notamment

Fini donc le hip hop aux multiples facettes, notre homme se jette désormais à corps perdu dans l’entertainment, bien décidé à enflammer les dancefloors parisiens, et provinciaux si possible. Mais ce qui étonne, c’est que « Lucky Boy » s’inscrit pleinement dans la lignée musicale de son label, que l’on sait logiquement imprégné par les incontournables Daft Punk, et adopte des sons dont nous sommes devenus familiers à l’écoute des artistes EdBanger (l’interlude « Signatune »). Mehdi opportuniste ou influencé malgré lui? La question reste en suspens..

Cette première impression passée, le Parisien laisse fort heureusement sa patte s’exprimer, celle définitivement marquée par un sens de la production soulignant d’indéniables influences funk servant de trait d’union entre le hip hop des 80’s et l’electro actuelle, tous deux voués à la danse. Ce grand écart, l’auditeur y a droit dés l’entame de cet album lorsqu’il passe du cinématographique « Busy Being Born » rappelant ses derniers essais, au single « I Am Somebody feat Chromeo », plus adapté aux chics déhanchements urbains, suivi plus tard d’un « Boggin' » plongeant les sons EdBanger dans les block parties new yorkaises d’il y a une vingtaine d’années

C’est alors que Mehdi expose tout son talent. L’aérien « Always Be An Angel » fait parler son groove efficace, « Pony Rocking » avec Feadz en Mc héliumisé et « Leave It Alone » redorent l’electro hip hop endormi, « Saharian Break » s’ouvre aux sonorités orientales tout en faisant vibrer le ghettoblaster, l’énorme « Hot-O-Momo » ferait jalouser les pontes de l’electro funk avant que « Constellation » ferme la parenthèse et fasse redescendre tout le monde

Quant à la question sur les incidences d’EdBanger chez Mehdi, à vrai dire, on finit par s’en contre foutre une fois l’écoute de ce « Lucky Boy » achevé, et nous bien divertis. Car le Parisien fait preuve ici d’une constance trop agréable pour qu’on ose s’arrêter sur de petits détails. Un doute persiste pourtant: la pérennité de cet album, bien ancré dans un genre sous le coup probable de l’éphémère. Peu importe, fuyons l’avenir, il faut savoir profiter du présent

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire