Dirty Projectors – ‘Lamp Lit Prose’

Dirty Projectors – ‘Lamp Lit Prose’

Album / Domino / 13.07.2018
Indie rock


Dirty Projectors nous offre en ces mois d’été – pauvres en sorties musicales – un album rassemblant tous les ingrédients qui ont fait son succès. Lamp Lit Prose dégage une énergie folle, malgré les premières secondes de Right Now qui pourraient laisser présager le contraire. Le groupe indie s’articule plus que jamais autour de la personne de David Longstreth, et plus particulièrement autour de sa voix. On conseille donc fortement aux personnes allergiques à son timbre si particulier de passer leur chemin… et aux autres de s’y attarder.

Une des forces de l’album réside dans sa diversité puisqu’il emprunte ses motifs tant au R&B qu’au rock classic ou à la world music. À grand renforts de percussions, cuivres, guitares, il jongle avec les genres, varie les rythmes, permettant à cet opus de ne jamais ennuyer. La voix caractéristique de David Longstreth est magnifiquement soutenue par des arrangements variés alternant subtilement cuivres et arpèges énervés (Right Now), ainsi que par la présence d’une flopée d’invités (Syd, Robin Pecknold, Rostam Batmanglij, Amber Mark, Empress Of and Dear Nora).

La deuxième partie de l’album l’empêchera de tutoyer les sommets qu’atteignaient Bitte Orca ou Swing Lo Magellan. Toutefois le disque recèle de véritables perles. Le sautillant Break-Thru agrémenté d’harmonica, comme I Feel Energy feront danser les corps les plus engourdis (et le spectre de Michael Jackson) en cette période estivale. Les curieux riffs circulaires de Zombie Conqueror rappellent d’abord les morceaux unplugged de Led Zeppelin avant que le tempo ne s’emballe et évolue vers du punk à coups de guitares bien lourdes. L’énergie distillée s’essouffle enfin légèrement sur les trois derniers morceaux, et ce sont les violons apaisés de (I wanna) Feel It All qui clôturent ce voyage sur une note assagie.

Sorti juste un peu plus d’un an après le sombre album solo Dirty Projectors, clairement marqué par la rupture de Longstreth avec Amber Coffman, Lamp Lit Prose laisse place ici aux collaborations et à la positivité (comparez donc les deux pochettes…). L’album se révèle riche et extrêmement varié, mélangeant avec saveur des lignes de voix percutantes, des arpèges de guitare virevoltants et de sons inattendus, le tout mis en en lumière par une production remarquable. Un disque qui permettra de passer l’été en excellente compagnie et dans une atmosphère enjouée.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Right Now, I feel Energy, Zombie Conqueror, That’s a Lifestyle


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.