Dirge – « Rebecca »

Rebecca[Album]
01/01/2007
(Another Record/Autoproduit)

Déjà auteurs d’un premier album aux intonations clairement post rock, les rouennais de Dirge remettent le couvert avec « Rebecca », deuxième essai fort réussi marquant un certain tournant puisque le groupe navigue désormais sur des eaux beaucoup plus pop. Le trio en a donc profité pour soigner la production, les arrangements aussi puisque, en complément de sa formule originelle guitare/voix – violoncelle – batterie, Dirge a cette fois ajouté à ses compositions basse, cuivres et violons, piochées dans le line up des Marteen et La Maison Tellier (autres groupes du coin), histoire de se faire encore plus doux à l’oreille et de donner une profondeur plus importante à son répertoire. Et, en seulement sept titres, tout porte à croire que les normands ont eu raison de se fier à leur flair tant l’univers qu’ils dégagent sur ce deuxième disque parlera aux oreilles sensibles. En effet, Dirge se fait intime et aérien, dégage une mélancolie et une nostalgie sans limite, ainsi qu’un spleen à couper au couteau, quelques éléments qui ne vont pas sans rappeler Arab Strap, Mogwai, ou Early Day Miners. Et le trio a beau s’offrir quelques montées en puissance (« Tourette »), se vouloir ici minimaliste, là un brin plus jazz (« The Brass Band In My Head »), il reste fidèle à ce fil rouge qu’est une tristesse aussi belle que sombre (« Summer Single »), garantie par une voix comme soucieuse de ne jamais lui faire faux-bond. Mais c’est surtout tout un groupe qui s’est donné le mot afin de pousser son public dans les moindres recoins de l’émotion sans pour autant lui passer la corde au cou. Une nuance souvent difficile à atteindre, mais que Dirge touche brillamment du doigt. Un élément de plus jouant en sa faveur et laissant présager quelques délicieuses réalisations futures à consommer sans modération

En écoute

1. You've Grown Away From Me     
2. Summer Single     

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire