Decibelles – ‘Tight’

Decibelles – ‘Tight’

Album / Kidnap Music / 31.03.2017
Punk

Il y a quelque chose d’incroyablement attachant chez Decibelles, notamment ce contraste omniprésent que ces trois lyonnaises ne cessent de cultiver, dans leur musique comme dans leur image. A les entendre de loin, on croirait un groupe du coin comme il y en a des milliers, composé de trois pisseuses toujours prêtes à dégainer un high kick dans les parties intimes du macho lourdingue aux airs supérieurs. A les voir en photo, élégantes, coquettes façon Dum Dum Girls et presque naïves, les trois ne rechignent pourtant jamais à bouffer le bitume de France et d’ailleurs pour s’en aller se mesurer aux autres, et défendre des morceaux toujours en équilibre entre punk rock, post punk et new wave, avec cette particularité de partager le chant entre anglais et français.

Rien de très original sur le papier, on le concède. Pourtant Decibelles a bel et bien une place à part que le groupe s’est faite en jouant des coudes depuis maintenant dix ans, en marquant son territoire avec trois Eps et deux albums, tous preuves d’une ascension qui voit en ‘Tight’ sa nouvelle étape d’altitude et d’aptitude. Insensibles à leur récent changement de line up, et comme débarrassées pour de bon d’avoir toujours plus à prouver que les autres, les lyonnaises font de nouveau des étincelles, en jouant intelligemment de leur singularité incarnée par ces traits de caractères faussement innocents et naïfs, plus marqués encore sur les titres chantés dans la langue de Molière.

Ainsi, quelles que soient les influences piochées, Decibelles déborde d’idées dont l’efficacité réside dans les mélodies (‘Super Fish’), le relief du morceau (‘Yeux Secs’ et son refrain dense) comme sa linéarité (‘All Wet’), des arrangements approfondis (‘Witchy Babes’, sans conteste le tube du disque), ou tout simplement dans cette envie toujours spontanée d’en découdre (‘Mess’, ‘Pas Les Humains’, ‘Sick As Shit’). Alors quand ‘Tight’, plus mémorable encore en sa seconde moitié, s’achève sur ‘Le Seum’, diatribe à l’humour grinçant, on ne peut s’empêcher de penser que Decibelles n’est ni plus ni moins que l’authentique Iggy Pop habité par le second degré de Lio. Parce que oui, dans le punk aussi, les meufs ne comptent pas pour des prunes.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE
A ECOUTER EN PRIORITE

‘Super Fish’, ‘Yeux Secs’, ‘Witchy Babes’, ‘All Wet’, ‘Le Seum’


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.