Death & Vanilla – ‘Ep’

EP / Hands In The Dark / 24.03.2014
Pop du Valhalla

Défriché en France par le meilleur digger de la planète, Beko DSL, c’est désormais sur un autre excellent label, Hands in the Dark, que Death & Vanilla a trouvé refuge. De plus en plus populaire après un premier album de très haute facture, le groupe suédois a vu son stock de disques s’épuiser en peu de temps. Naturellement, il a décidé de céder à la demande en rééditant son premier EP avec le label français, une initiative fort judicieuse puisque sa sortie n’avait donné lieu qu’ à la création de 100 CD. Soyons francs. Il est impossible de résister à la musique du duo venu du froid. Avec d’évidentes réminiscences de Broadcast, sa douce schizophrénie et ses arrangements irréels, Death & Vanilla captive immanquablement. Dans ce téléphérique entre John Barry circa 70 et Goblin, le duo use et abuse de synthés nostalgiques et de voix réverbérées. Instrumentales ou vocales, ces pièces génèrent toujours nombre d’images, librement interprétées par leurs auditeurs. Il s’agit certes d’un lieu commun mais le caractère cinématographique de leur musique confère une dimension affective trop fédératrice pour ne pas lui céder. De par sa confection, l’esthétique de Death & Vanilla est totalement anachronique et de fait, sans date de péremption. Malgré sa sortie il y a trois ans, cet EP reste une pépite indispensable et la genèse d’une idylle appelée à durer tant qu’il y aura des hivers.

‘Ghosts in The Machine’, ‘Run Rabbit Run’, ‘Ascend and Descend’, ‘The Döden Vaniljsas Theme’

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire