Death – « Spiritual, Mental, Physical »

death180Album
(Drag City)
25/11/2011
Punk

Un an et demi après que Death ait enfin récupéré son dû en sortant « …For The Whole World To See » – le seul album de sa discographie composé à la fin des seventies – les trois frères continuent de dépoussiérer leurs archives, et mettent cette fois à la disposition du grand public une dizaine de démos enregistrées entre 1974 et 1976, à l’époque ou ils cherchaient activement un label pour leur permettre d’éclore définitivement. On ne vous refait pas l’histoire: vous connaissez les tenants et les aboutissants de ce coup d’épée dans l’eau qui n’intéressera d’ailleurs aujourd’hui que le petit public s’étant laissé apitoyé par leur incroyable destinée.

Plus document que véritable album donc, « Spiritual, Mental, Physical », mis en boîte via un enregistreur deux pistes, sent le local de répétition à plein nez, sonne d’ailleurs comme si vous y étiez confiné, coincé dans un garage de Detroit entre une cymbale qui vous frise les tympans et des amplis de guitares crachant leur saturation d’époque. Beaucoup moins passionnante et représentative du talent du groupe que le véritable opus sorti un peu plus tôt, cette compilation a néanmoins le mérite de prouver que le combo de Détroit savait déjà bien ou il comptait aller, et qu’il maîtrisait les basiques punk bien avant les grands pontes du genre à la fin des années 70. Preuves en sont les quelques titres les plus cohérents ici, donnant un aperçu du talent de ces trois frangins réunis (« Views », « The Mask », « Can You Give Me a Thrill »).

Il en est toujours ainsi quand l’histoire est remise en question: c’est par la persévérance, et à grands coups de preuves successives qu’on finit par bien vouloir la réécrire. Death l’a non seulement compris, mais avec ces dix titres de piètre qualité, parfois ébauches (« The Change », ces trois derniers morceaux dont on se serait totalement passé) ou compositions à peine terminées (« The Storm Within »), il nourrit également chez nous d’immenses regrets qu’on ne l’ait pas laissé s’exprimer plus tôt. Car il ne faut pourtant pas plus que ce qu’on entr’aperçoit seulement ici pour en être persuadé: les trois auraient incontestablement aligné des albums époustouflants.

Extraits en écoute ici

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire