Death Grips – « No Love Deep Web »

dg180Album
(Autoproduction)
01/10/2012
Hip hop

Si vous avez récemment fermé les portes d’internet, ou si votre morale chrétienne est trop marquée pour tolérer la vue pécheresse d’un pénis, alors vous n’avez pas lu, vu, ou entendu ce flux ininterrompu d’informations ayant accompagné la sortie du nouvel album de Death Grips. Un mélange d’audace et de pure provocation qui a vu le groupe de Sacramento poignarder son label dans le dos en livrant gratuitement à la populace 2.0 son deuxième opus de l’année, sous prétexte que sa maison de disque ne voulait pas le sortir avant l’année prochaine. Quant à la provocation, elle a pris la forme de cette pochette insensée, ou le majeur levé du combo prend la forme d’une bite dressée, prête à bifler tout symbole d’autorité ou de concession. Un refus qui a secoué médias et public, plus vraiment habitués à ce genre d’écart d’un autre monde.

Heureusement, ce nouvel album ne brille pas que par sa sortie rocambolesque. En effet, Death Grips a eu le bon gout d’ajouter le fond à la forme, ponctuant cette année 2012 d’une seconde réussite après « The Money Store« , deuxième long format qu’il semblait pourtant difficile d’égaler. « No Love Deep Web » est un album magistral, dense et varié, celui d’un groupe qui est à des milliards d’années de la scène hip-hop (l’a-t-il déjà été ?) et qui trace sa route, écartelant scènes et affiliations à mesure que les morceaux défilent. Lourdeur écrasante des beats, agression pure signée MC Ride, hystérie contagieuse des samples, tous les éléments des anciens opus sont là, repris et amplifiés, dans des productions névrosées qui lorgnent vers une efficacité malsaine, et incarnent par leur insaisissabilité les aspects frénétiques d’un monde ou tout va décidément bien trop vite.

A l’heure où, entre louanges et coup marketing sciemment préparé, chacun a un avis sur ce récent coup d’éclat, Death Grips se retrouve dans une posture ou le moindre de ses prochains coups sera forcément suivi de très près, pour le meilleur comme pour le pire. Inutile cependant de scruter l’avenir incertain du groupe, d’abord parce que ces derniers ne se projettent probablement pas aussi loin, et ensuite parce que le présent nous suffit amplement tant ce « No Love Deep Web » est une éclatante réussite de la part d’artistes plus que jamais nécessaires.

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire