Death Grips – ‘Bottomless Pit’

Album / Third World – Harvest / 06.05.2016
Hip hop expérimental

Que retenir du Death Grips des débuts ? Un sentiment de sidération devant la musique du groupe, ce télescopage frénétique ou s’empilaient des couches de chaos savamment établies par Zach Hill et MC Ride. Après des débuts brillants, le duo prenait le pari du contre pied. La censure (la verge sur la pochette de ‘No Love Deep Web’), la maison de disque (Epic Records se souvient encore de son passage éclair), et les fans (tournées annulées, concerts éconduits) : tous en prenaient pour leur grade, pour le meilleur et pour le pire, incapable d’anticiper les sautes d’humeur conceptuelles des californiens.

Moins marquante qu’à ses débuts, la musique de Death Grips n’en reste pas moins passionnante. Avec ‘Bottomless Pit’, leur cinquième album, ils dessinent une musique toujours aussi frontale, qui se scinde entre déstructuration (‘Hot Head’) et charges dystopiques (‘Spikes’, ‘Warping’). Au centre, des années de punk, de hardcore et de métal (la lourdeur écrasante de ‘Ring A Bell’) qui alimentent une énergie phénoménale, cette immense roulement que tout le groupe emmène à toute vitesse vers le mur le plus proche.

Plus frontal qu’a ses débuts, Death Grips peaufine plus que jamais ses angles. Délaissant les structures alambiquées et le surdiscours d’origine, le combo s’adonne aujourd’hui à une musique plus simple, qui s’aborde comme une version névrotique de tous les groupes furieux que l’on a un jour chéri. Épurée, mais toujours aussi intéressante, la musique de Death Grips charrie avec elle une image toujours aussi singulière du chaos et de l’anarchie. Rien que pour ça, ce groupe doit être chéri par chacun et chacune.

‘Giving Bad People Good Ideas’, ‘Bubbles Buried In This Jungle’, ‘Trash’, ‘Ring A Bell’, ‘80808’

À lire ou écouter également:

, , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire