Death From Above 1979 – « You’re a Woman, I’m a Machine »

You're a Woman, I'm a Machine[Album]
21/02/2005
(679/Warner)

Dès les premières notes, on est en plein dedans, les cheveux devant les yeux, les guibolles sautillantes et la bave aux lèvres. Eh ouais, parce que Death From Above 1979 c’est du rock, de cette espèce particulière qui te claque derrière la nuque, qui renverse ta bière et qui va descendre en rappel le long de ton échine pour te botter le cul

Ouais bon d’accord mais pour un disque de rock c’est normal me diras tu? Oui mais non, car la particularité de ce jeune groupe de fous, c’est qu’il n’est composé que d’un bassiste et d’un batteur. Ok, ok, c’est vrai qu’en règle générale, ce genre de gimmick est tout juste bon à des démonstrations techniques pas très musicales, et pour tout dire plutôt chiantes, au point qu’on se sent presque obligé d’apprécier par pure politesse. Surprise, stupeur et joie, là pas du tout. Il n’y a beau ne pas avoir de guitare, ça bouge dans tous les sens, ça cavale, nom de dieu ça galope même. Les riffs bondissent comme des dingues drogués au garage et au heavy, et avec juste la basse et les fûts, ça sonne un peu comme du stoner avec le guitariste qui serait tombé fin raide bourré au fond de la scène, hors d’état de jouer, sans qu’il manque à qui que ce soit pour autant

A vrai dire, c’est une putain de chevauchée fantastique à laquelle on assiste là, ça n’arrête pas du début à la fin, on saute partout -attention au lustre- et ça te laisse pantelant et torse poil sur la moquette de ton salon, ruisselant de cette bonne suée caractéristique des lâchages bien intenses

Achetez ce disque, ça permettra à Death From Above de se payer, non pas un guitariste parce que ces énergumènes viennent de prouver contre toute attente que ça sert à rien quand on veut juste être un rocker échevelé, mais peut-être un deuxième bassiste pour encore plus de folie.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire