De Kift – « Hoofdkaas »

kift180Album
(Range Ta Chambre)
09/03/2009

De Kift, fanfare familiale multi générationnelle autant abreuvée au punk qu’à la pop ou au folk, est la résultante d’une volonté de ses membres fondateurs d’interpréter des chansons dans leur langue hollandaise natale. Approché par Les Têtes Raides et Arthur H, évoluant depuis toujours dans le sillage de ses incontournables compatriotes The Ex, le groupe fête cette année ses vingt ans passés sur les routes et à enregistrer des albums aussi atypiques les uns que les autres, autant dans leur packaging (parfois faits main) que dans leur musique. «Hoofdkaas» (fromage de tête) fait donc date, et ses quatorze titres placent plus que jamais leurs géniteurs dans un décor de fête ou cuivres et autres quincailleries viennent trinquer avec les guitares pour accompagner des chansons entêtantes, puisées dans divers textes littéraires, sur lesquelles petits et grands, au pays des tulipes, démarrent au quart de tour. Bonne humeur, odeurs de bouffe et effluves d’alcool sont donc les éléments indispensables à la bonne appréciation de ce répertoire plus que jamais marginal, prenant l’auditeur par le bras pour le faire valdinguer d’émotion en émotion. C’est ainsi que De Kift s’y prend pour, à défaut de faire l’unanimité, ne pas laisser indifférentes les quelques oreilles qui s’y perdraient. D’autant plus que la recette fait mouche en live, offrant une expérience en tout point inédite, une téléportation au royaume de l’humilité, petit paradis préservé à l’heure de la superficialité générale qu’offrent généralement les musiciens de notre époque. Pour autant, De Kift poussant le bouchon assez loin, les réfractaires à quelques élans trop baluches («Vleesmolen») seront excusés d’avance, à la seule condition qu’ils aient l’oreille assez curieuse pour se pencher aussi sur les moments de joie qu’offre ce disque («Beguine», «Zilverstuck», «Locomotief», «Heisa-ho»). Avec «Hoofdkaas» et du haut de ses vingt ans bien tapés, De Kift offre une escapade hors du temps qui ne se refuse pas. Ne serait-ce que par simple curiosité.

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire