Daverio – « Pulsar »

Pulsar[Maxi]
01/01/2005
(Artscenic/Autoproduit)

Premier EP du combo bisontin, Daverio affiche déjà une maturité, une tenue de route impressionnante. Débutée en 2002, dans une veine métal – deathcore, l’aventure Daverio s’est progressivement orientée vers des influences nettement plus chaotiques, mêlant émotion et violence. Bien leur en prend, tant le résultat de cette première livraison suscite l’intérêt. D’emblée, « Berith » nous plonge dans univers fait de breaks originaux et inattendus, de rythmes syncopés, de riffs acérés et novateurs. À la manière d’un Botch ou d’un Breach, le combo dévoile une puissance dévastatrice qui n’enlève rien aux qualités techniques des musiciens. Mais rien de surprenant quand on sait que deux ex-Twaddle, un Lost Cowboy Heroes, un Kargal et un Nef des Fous s’investissent dans le projet. Le deuxième titre de l’opus, « Morituri Te Salutant » est sans doute le plus dense, le plus abouti. Break jazz, son clair dissonant, rythmes déstructurés, difficile de ne pas tendre l’oreille aux expérimentations des quatre Bisontins. « Jade », troisième exercice du groupe de Besançon, se veut moins hurlé, moins oppressant, mais toujours aussi vindicatif. Après la guitare et la batterie, on découvre cette fois les qualités d’un chant qui s’autorise des embardées aériennes, loin des clichés du genre. Nouvelle démonstration avec « Quelque Part Entre Les Ombres », interlude hypnotique qui prépare le terrain pour l’ultime titre de ce premier EP. Avec « Pulsar », Daverio, qui a déjà partagé la scène avec Gantz, Aside From a Day, Llynch, livre un titre radicalement différent. Mélodique diront certains, mais toujours aussi torturé et malsain. L’espace de huit minutes, Daverio semble enfin lever le voile sur un univers fascinant, mais profondément glauque et pesant.

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire