Dave Dub – « The Treatment »

dave180Album
(Stones Throw)
22/05/2012
Hip hop

Une boite a rythme, un sampler, un producteur, et un rappeur. Voilà en substance la base de « The Treatment » qui relie Dave Dub et son producteur – Tape Masta Steph – autour des mêmes ingrédients qui les ont vus débuter leur carrière vingt ans plus tôt. Loin de l’anonymat des premières heures, c’est aujourd’hui sur Stones Throw que les deux compères relancent leurs machines pour délivrer un album singulier, qui déroule sur treize titres des productions aventureuses et cauchemardesques, ou la voix semble moins compter que l’atmosphère.

Une atmosphère qui nous aspire dès « Superfly », titre d’ouverture qui s’ouvre sur un scratch agonisant et une rythmique laconique. « The Treatment » s’apparente ensuite à un univers nébuleux perdu entre Mobb Deep et Kool Keith, ou même les interludes participent à l’asphyxie fascinante que l’album s’évertue à exercer. Ici, une flute inquiétante sur « Much Gratitude », là un sombre piano avec « The Day Of Reckoning »: tout concorde ici à nous captiver dans une irrépressible addiction aussi effrayante que captivante.

Conscient de cette faculté à évoquer, le duo semble être focalisé par l’amplitude qu’il donne aux productions. Ainsi, plus d’une fois, le flow s’égare, comme stoppé par ses beats caverneux qui semblent sortir de terre (« Upside Down Lineage »). Aussi, il préfère laisser une guitare discrète guider l’auditeur (« As They Worship ») pour mieux le plonger dans une douce mélancolie (l’irrésistible « Planet Rhyme »).

Avec « The Treatment », Dave Dub a définitivement choisi l’ombre pour marquer son grand retour. Vingt ans après ses débuts, il est de ceux qui agissent masqués, enveloppés dans un mystérieux halo de mystère et de non-dits, qui laissent la musique parler pour eux. Une musique pas tout à fait saine mais brillante dans sa radicalité et dans sa noirceur qui pourrait, par une sorte d’ironie, placer le rappeur au centre d’une lumière inattendue.

itunes3

En écoute

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire