Dashboard Confessional – « MTV Unplugged »

MTV Unplugged[Album]
17/12/2002
(Vagrant/Import)

Nous savions que Chris Carraba et Dashboard Confessional étaient les artistes les plus en vogue de l’écurie Vagrant. Des rumeurs de signature sur une major ont même couru. Inutile donc de vous dire que nous étions qu’à moitié surpris d’apprendre que le combo avait évolué sur la scène télévisée de MTV pour un unplugged d’habitude proposé à des artistes internationalement reconnus. Eh oui, Dashboard succède à des monuments tels que Clapton, Nirvana ou Lauryn Hill. On n’y comprend plus rien

A entendre les nombreux fans présents chantant par coeur les mots de Carraba à la manière des groupies de Paaatrriiiick en France, le combo semble assurément jouir d’une notoriété plus importante aux Etats Unis qu’en Europe. Les compositions restent inchangées par rapport à ce que l’on a pu entendre sur les divers albums. Toujours cette pop acoustique parfois chiante et souvent efficace, idéale pour les gratteux en herbe à la recherche d’un flirt d’un soir. Comme les minettes et minets du studio, nous accrocherons plus particulièrement sur « The Good Fight » qui ouvre véritablement les hostilités puisque les trois premiers morceaux sont uniquement interprétés en solo par le chanteur charismatique et charmeur du groupe. « Screaming Infidelities », « Saints And Sailors », « Again I Go Unnoticed » et « Hands Down » figureront également parmi les moments les plus accrocheurs de ce « Unplugged » dont on doutera de la nécessité. La partie DVD reprend exactement le premier CD en image, histoire de combler les malchanceux qui ne possèderaient pas leur lecteur relié à leur système audio. On y apprend rien de supplémentaire, si ce n’est que la présence scénique du combo est à l’image de sa musique. Ca ne bouge pas beaucoup, Chris Carraba nous pousse même à nous interroger sur le pourquoi de cette notoriété soudaine. Seraient-ce ce sourire enjôleur et ce regard séducteur, ou plutôt les compositions de Dashboard Confessional qui auraient donné naissance à une telle notoriété

Quoi qu’il en soit, cet album ne s’avère pas être des plus indispensables. Ceux qui possèderaient les albums du groupe n’obtiendront rien de nouveau, si ce n’est des images live. Collant beaucoup trop à ce que le combo propose habituellement, ce disque aurait été beaucoup plus surprenant si il avait été intitulé « Plugged » au risque de se montrer définitivement plus convaincant. On est déçu et on se surprend même à donner raison aux détracteurs les plus virulents de la scène émo qui dénoncent cette surmédiatisation. Il y a comme un paradoxe qui plane au dessus de Dashboard Confessional et on ose presque espérer qu’il ne lui sera pas fatal!

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire