Darc Mind – « Symptomatic Of a Greater Ill »

Symptomatic Of a Greater Ill[Album]
17/09/2006
(Anticon/Differ Ant)

Même si ce n’est plus forcément le cas aujourd’hui, Anticon nous a souvent habitué à une certaine imprévisibilité, en sortant de sa hotte un album au contenu surprise, plus ou moins avant-gardiste mais toujours original. Une nouvelle fois, le label de San Francisco prend les attentes de ses admirateurs à contre-pied. Mais pas musicalement cette fois, plutôt en sortant ce qui est, à n’en pas douter, la référence la plus classique de son catalogue en terme de hip hop. Et pour cause, quand Darc Mind enregistrait entre 1995 et 1997 ce « Symptomatic Of a Greater Ill », Anticon n’avait toujours pas sorti sa première référence. De l’autre côté du pays, New York respirait plus que jamais le hip hop, notamment grâce à Rawkus qui vivait alors ses plus belles heures et traînait derrière lui une nouvelle génération d’artistes (Company Flow, Mos Def, Common…) à laquelle Darc Mind aurait assurément pu être assimilé si Loud/RCA, label auquel était destiné cet album, n’avait pas mis la clé sous la porte. Il aura donc fallu presque dix ans pour que cet opus voie enfin le jour chez Anticon.

Évidemment, « Symptomatic Of a Greater Ill » est à replacer dans son contexte. Car s’il avait été enregistré aujourd’hui, il ne serait passé que pour un bon album classique encré dans la baie de la fin des années 90. Sauf qu’à l’époque, cette prestation en aurait valu la chandelle, serait apparue comme novatrice, sans équivalent dans l’histoire du rap new yorkais. Elle aurait peut-être même complètement effacé le « Sanity Annex » de Sonic Sum, ici rappelé par l’excellent « Visions Of a Blur » d’ouverture dont la voix grave, le sens de la rime, le phrasé instrumental, la densité des lyrics de Kevroc auraient clairement amplifié le phénomène. Sans oublier le message, déjà critique envers les stéréotypes de toutes natures dont le hip hop souffre encore aujourd’hui. Musicalement, ce « Symptomatic Of a Greater Ill » est tout aussi intéressant. Riche en cuivres, cordes et pianos (recette archi exploitée voire has been de nos jours), épuré, lourd, sombre, souvent mélancolique, il est l’oeuvre de GM Webb D (aka X Ray), collaborateur de Public Enemy sur son premier album. Une marque ici reconnaissable sur « I’m Ill » et « Fever Pitch », deux titres tout aussi intéressants que les excellents « Covert Op », « U Da One » et « Outside Looking In ».

Du coup, pas mal de questions se posent, tant au niveau des obligations contractuelles envers les maisons de disque, que l’impact qu’aurait pu avoir ce disque sur le genre hip hop si tout le monde avait bien voulu qu’il sorte. « Symptomatic Of a Greater Ill » séduira, plus particulièrement aujourd’hui, ceux ayant vécu la florissante épopée Rawkus, capables dix ans après de se souvenir du décor de l’époque et d’apprécier cet opus à sa juste valeur. On dit que les bons albums sont intemporels. Celui-ci de Darc Mind fait encore son effet en 2006, et il pourrait bien en être de même en 2016…

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire