Danko Jones – « Sleep Is The Enemy »

Sleep Is The Enemy[Album]
20/02/2006
(Bad Taste/Nocturne)

La scène a toujours été le meilleur moyen pour un groupe de rock de se démarquer et de faire monter le buzz a son sujet. Cet état de fait, Danko Jones en sait quelque chose. En effet, le trio canadien n’a pas attendu de sortir un quelconque album, si ce n’est quelques démos, pour venir arroser le public européen de ses riffs efficaces. Ce n’est que sous la pression populaire, en 2001, que « I’m Alive And Fire », compilation de morceaux enregistrés entre 1996 et 1999, verra le jour sur Bad Taste Records. Plus rien n’arrêtera désormais le trio qui s’ouvre définitivement les portes du vieux continent où il enchaînera les tournées et festivals, au point de les préférer au studio. Mais pour être à chaque fois plus convaincant, un nouvel album devient alors nécessaire. « Born a Lion » sort donc en 2002, est élu parmi les meilleurs opus rock de l’année, et le monde entier prend son ticket pour découvrir le phénomène qui n’en finit pas de prendre la route, se laissant tout juste le temps d’enregistrer « We Sweat Blood » en 2003

Danko Jones n’a désormais plus de secret pour personne et « Sleep Is The Enemy », nouvel opus à sortir masterisé par Ted Jensen (REM, Green Day), pourrait bien être celui d’une reconnaissance définitivement acquise. D’autant plus que la recette a été soigneusement conservée, et que la fibre rock n’roll du trio reste intacte. Danko Jones, à l’instar de formations comme The Bronx, a cet atout de toucher plusieurs générations de rockeurs: les jeunes punks rockeurs pourront jurer par « Sticky Situation », « She’s Drugs », « Natural Tan » et « Sleep Is The Enemy », tandis que les hardos nostalgiques de la période AC/DC se retrouveront sous la bannière de « Baby Hates Me ». Seule petite évolution par rapport aux précédents opus, les canadiens semblent avoir mis un peu d’eau dans leur bière, comme sur les accessibles « Don’t Fall In Love » et « First Date », deux singles qui pourraient faire le bonheur des radios rock. Sans compter sur les excellents « Invisible », sur lequel apparaît John Garcia (Hermano, Kyuss), « When Will I See You », et « Time Heals Nothing » qui clôturent ce nouvel opus en beauté

« Sleep Is The Enemy » est incontestablement un disque qui s’écoute intégralement tant il gagne en goût au fur et à mesure que le tracklisting s’égrène. Le rock fédérateur de Danko Jones réconciliera alors les générations, celle du jeune con incompris par son père, tout comme celle de ce dernier qui s’évertue à inculquer la bonne musique à sa progéniture. Avec « Sleep Is The Enemy », on va enfin pouvoir prendre une bonne cuite avec ses vieux. Quand on vous dit que les canadiens dérident…

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire