Dälek – ‘Endangered Philosophies’

Dälek – ‘Endangered Philosophies’

Album / Ipecac / 01.09.2017
Hip hop bruitiste


L’an passé, armé d’un ‘Asphalt For Eden’ des plus compacts et imposants, Dälek revenait mettre les pendules à l’heure après deux années de hiatus passées à écouter quelques-uns de ses dignes héritiers. De Clipping à Death Grips, en passant par les plus hautes sphères du rap mainstream, le duo venait rappeler qu’il était bien le père de cette frange la plus sombre et bruitiste du hip hop. Bientôt vingt ans après y avoir posé à jamais leur marque de fabrique, et pour le bonheur de leurs fidèles admirateurs, les trois ne cèdent toujours aucun millimètre à cette lumière qui pourrait tout autant leur promettre une autre destinée, que compromettre leur intégrité.

Comme ses prédécesseurs, ‘Endangered Philosophies’ enfonce le clou, rapprochant toujours un peu plus Dälek du noyau incandescent de la Terre, de cet enfer qui ces temps-ci remonte un peu trop facilement à la surface, et qu’il ne manque pas d’aborder ici avec l’engagement qui est le sien (‘Son of Immigrants’). Un mal pour un bien tant on se laisse immédiatement oppresser par les ambiances inconfortables de certains morceaux (‘Battlecries’, ‘Straight Razors’) dont les ficelles sont tirées par les tentacules électriques d’un groupe devenu inégalable dès qu’il est question d’enjamber le fossé séparant le hip hop du rock le plus sombre et tordu (‘Echoes Of…). Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si d’autres musiciens – Metz notamment – lui ont livré un peu de matière première qu’il s’est ensuite chargé de retravailler tels des samples.

Si, malgré toute la richesse enfouie sous sa densité, ce nouvel album peut souffrir d’un manque de diversité aux oreilles des novices, c’est bien avec une jambe de chaque côté que Mc Dälek et Oktopus semblent définitivement à leur aise. Laissant volontiers le bling bling et le booty shake à la plupart de ses homologues habités d’intentions plus commerciales, Dälek reste dans l’ombre avec un ‘Endangered Philosophies’ quelque peu prévisible tant il sert finalement aux fans tout ce qu’ils étaient venus y chercher : cette noirceur pesante et hypnotique, cette redoutable efficacité, et cette violence latente, toutes déjà parfaitement conjuguées par le passé sur les plus belles pièces de sa discographie.

Mais c’est en multipliant les écoutes que la progression de Dälek, tout comme sa faculté historique à ne jamais vraiment se répéter, devient plus évidente. En perçant les multiples couches de sons et de mots, on mesure alors l’évolution de Mc Dalek en termes de rimes et de flow pour signer des textes contrebalançant notamment l’anti intellectualisme rampant, tout comme l’apport de ce groove qu’il s’en va puiser dans ses profondeurs les plus abyssales : un décor qui ne pouvait que faire de ‘Endangered Philosophies’ une des lignes les plus sombres et les plus brumeuses de l’oeuvre toute entière du groupe. Peut-être une des plus réussies aussi.

ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
‘Echoes of’, ‘The Son of Immigrants’, ‘Nothing Stays Permanent’


Tags:
,
No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.