Cursive – « I Am Gemini »

cur180Album
(Saddle Creek)
21/02/2012
Indie rock

Qui est ce Gemini qui donne son titre à l’album? L’auteur de bande dessinée? Le programme de la NASA? Au fond, voulons-nous réellement le savoir? Ce n’est certainement pas le nouvel opus de Cursive qui nous en donnera envie. Mon Dieu, quel affreux disque.  Et encore, l’être suprême (pour ceux qui le considère comme tel bien entendu) est très indulgent. On pensait ce genre de rock entériné depuis l’âge d’or de NOFX. Eh bien mes amis, nous avions tort. Il est revenu (peut-être était-il toujours là?) avec ses gimmicks vulgaires et ses mélodies cache-misères. Un aveu tout de même, il ne nous manquait pas.

A peine le disque lancé, on craint le pire, le déploiement d’une artillerie lourde et superficielle qui n’assurerait pas le service après-vente. L’ensemble de l’ »œuvre » nous donnera raison. Aussi courant qu’abusif, Cursive rassemble en un album l’ensemble des figures imposées du genre, en n’apportant aucune nuance. Inévitablement, on a l’impression d’entendre ici une bande d’adolescents suractifs, pas contents mais pas franchement méchants, qui se seraient mis au rock à la va-comme-je-te-pousse afin d’épater les filles. Comme si, au bout de sept albums, la bande du Nebraska ne pouvait rien produire d’autre qu’un emo-punk compassé et dépassé.

Convention quand tu nous tiens. C’est simple, tu nous fais mal, beaucoup de mal. Tu vas même jusqu’à donner raison au pessimiste Simon Reynolds et son phénomène Rétromania. Sans éclat et aussi banals qu’une tasse de café, des titres comme « This House Alive » et « Wowowow » n’apportent rien de nouveau au schmilblick, ils tournent en rond même. Côté production, les guitares étouffent les éclats de voix. Encore faudrait-il que la voix soit digne d’intérêt car les cris régissent tellement l’originalité de l’album que c’en est presque trop. Quand ça veut pas, ça veut pas. Peut-être pourrait-on leur conseiller de réécouter Offspring, cela pourrait les faire un peu réfléchir, à défaut de comprendre. En attendant, « I Am Gemini » est un constat d’échec d’une rare mélodie.

En écoute

itunes35

À lire ou écouter également:

,

2 réponses à Cursive – « I Am Gemini »

  1. Boris 28 mars 2012 à 9 h 43 min #

    ridicule… je peux comprendre qu’on n’apprécie pas tel ou tel album, tout ça est tellement subjectif. mais cette chronique est vraiment bardée de raccourcis foireux (comparer Cursive à NOFX est la preuve d’un certain manque de culture musicale dans le genre). Pour ma part j’écoute les disques de ce groupe depuis bien longtemps, et j’exhorte les lecteurs de Mowno à prendre un peu de recul sur cette chronique débordant d’une certaine haine gratuite. si vous avez précédemment aimé Cursive (et la bonne musique indie rock en général) ne passez surtout pas à côté de ce disque, qui à mon sens est bien meilleur que le précédent « Mama I’m Swollen », bien que moins original et inventif que « Ugly Organ » par exemple. mais « I Am Gemini » reste dans le haut du panier des nombreuses productions de ce groupe, qui pourrait en apprendre pas mal à de nombreux autres, chroniqués sur Mowno ou ailleurs.

  2. von 17 avril 2012 à 9 h 47 min #

    C’est une blague cette review, non ? Réécouter Offspring, vraiment ?
    Jamais lu quelque chose d’aussi foireux. Faut vite changer de domaine et arrêter d’écrire sur la musique.

Laisser un commentaire