Courtney Barnett & Kurt Vile – ‘Lotta Sea Lice’

Courtney Barnett & Kurt Vile – ‘Lotta Sea Lice’

Album / Matador / 13.10.2017
Folk rock


L’histoire des albums en duo est marquée par la constante de la Belle et et la Bête : le mâle taciturne à la voix grave et la femme légère et fragile, un mélange de puissance et de douceur dont une certaine sensualité est censée émaner. Lorsque Courtney Barnett et Kurt Vile, deux des personnalités les plus attachantes de la scène indé, se sont rencontrés en tournée et ont décidé d’enregistrer un album ensemble, il était certain que la règle serait cassée.

Même coiffeur, même amour de la chemise à carreaux, les rapports seraient plus équilibrés et, à l’écoute des premiers extraits connus de ‘Lotta Sea Lice’, on attendrait au minimum de cette collaboration une belle complicité. Elle s’affiche dès la vidéo de ‘Over Everything’ qui pose la voix de l’un sur le visage de l’autre, ainsi que les bases d’un folk rock nostalgique qu’on retrouve sur ‘Continental Breaskfast’, carte poste postale jaunie d’un passé ni si loin ni très proche. Le plus ténébreux ‘Fear Is Like a Forest’ sera l’occasion de découvrir Jen Cloher, une artiste folk ‘proche’ de Courtney Barnett (sa petite amie dans la vie, ndr) dont ce titre est une reprise. Puis, les deux se sont livrés au classique du split album où chacun joue un morceau de l’autre. ‘Out of the Woodwork’ y perd de sa superbe quand ‘Pepping Tomboy’ reste fidèle à l’original. Pour trouver un titre plus jovial, il faut attendre ‘Blue Cheese’ dans un style rétro typiquement américain, qui fait définitivement dire que Kurt Vile a posé sa patte de matou paresseux sur le disque, perdant au passage les airs mutins et les éclats électriques plus spontanés de Courtney Barnett.

Quand on rencontre un ou une amie qu’on n’avait plus vu depuis des lustres, on rit, on pleure, les émotions sont généralement plus extériorisées qu’à l’habitude, et ce n’est pas malheureusement pas le cas de cet album qui, malgré quelques belles choses, est bien trop linéaire et quelque peu routinier. La belle complicité attendue ne s’entend au final que trop peu.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
‘Over Everything’, ‘Fear is like a Forest’, ‘Continental Breakfast’


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.