Connan Mockasin – ‘Caramel’

Album / Because / 05.11.2013
Lost in translation

Rares sont les artistes à pouvoir prétendre au chef d’oeuvre dès le premier disque. Seul le temps permettra d’établir un constat définitif, mais ‘Forever Dolphin Love’ est probablement l’un de ceux-là. Trois années après sa sortie, le plaisir issu de son écoute reste intact. La surprise aussi. Dès lors, comment ne pas attendre  de son successeur une révolution aussi magistrale?

Le lever de rideau pour le single ‘I’m The Man That Will Find You’ se révéla plus que prometteur. Prophétie libidineuse en sphère fantastique, la mélopée figure sans doute parmi les chansons les plus érotiques de la pop contemporaine. Malheureusement, cet éclat orgiaque restera isolé, peut-être le seul morceau destiné au partage. Pour le reste, l’oeuvre ressemble davantage à un long plaisir solitaire. Dans son chapitre quintiptyque ‘It’s Your Body’, le Néo-Zélandais s’engouffre dans une longue tribulation plus proche de l’improvisation esseulée que de l’inspiration.

On sent bien où le songwriter souhaite nous emmener. Simplement, ses tergiversations nous donnent plutôt envie de quitter poliment les murs de sa chambre. Composé rapidement dans un hôtel nippon, il est clair que l’effusion culturelle du pays ne l’a pas laissé indifférent. Néanmoins, la volonté de traduire immédiatement son ressenti s’achève par un concept ineffable, délicat à appréhender à moins d’être son auteur. Pour autant, Mockasin ne nous délaisse pas sur une note amère. ‘I Wanna Roll With You’, proche d’un Barry White en naïade gonflée d’hélium, ponctue dans la moiteur un album fascinant, à défaut d’être réussi. Le pécheur devra expier.

‘I’m The Man That Will Find You’, ‘I Wanna Roll With You’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire