Conger! Conger! – « At The Corner Of The World »

conger180Album
(Katatak)
10/2011
Noise rock

L’histoire de la musique moderne voudrait que l’on ne retienne uniquement de Marseille – et sans doute à tort – ses formations hip-hop et autres reggae ragga au goût ensoleillé qui font l’éloge de leur ville et de la mer Méditerranée. La scène rock y est pourtant présente depuis toujours, mais est malheureusement trop souvent restée confidentielle. Pourtant, le vivier Marseillais est important: il y a eu dans le passé les Neurotic Swingers et leur rock garage, Eths dans un registre métal, ou encore plus récemment Oh! Tiger Moutain et sa pop angélique. Pour ne citer qu’eux…

Il faudra désormais compter avec Conger! Conger! qui, avec son nouvel album « At The Corner Of The World », vient nous tamponner les oreilles d’un rock tendu aux frontières de la noise, distillé dans un savant mélange d’expérimentations diverses. Un peu comme si Fugazi, Condense, Bananas At The Audience et autres Nine Inch Nails avaient fusionné en un transfuge musical pour un vaste chantier expérimental. Preuve que les protagonistes de Conger! Conger! possèdent un bagage musical riche d’écoutes diverses et d’assimilations sonores en tous genres. Marseille étant, de par son histoire et de son brassage ethnique, la diversité même, il parait normal que ses membres aient en eux cette culture du métissage musical.

Mais que l’on ne s’y trompe pas: il ne s’agit pas avec « At The Corner Of The World » d’un plagiat des groupes sus cités, mais bel et bien d’un album complet, réfléchi et consistant du début à la fin, qui ne prend son sens que dans son écoute globale. Découpé en dix chapitres aux ambiances variées, portées par une voix éclectique, porte parole de textes majeurs directement inspirés de la trilogie littéraire de Jean Hatzfeld (témoignage majeur et bouleversant relatant la tragédie du génocide au Rwanda en 1994, qui emporta près d’un million de Tutsis sous la machette des Hutus), l’album finit de nous plonger dans un univers sombre et tendu.

Exploration des styles, ambiances changeantes, tantôt nerveuses tantôt toute en retenue, basse solide traçant un chemin tortueux, guitares affutées et tranchantes aux élans noisy… Voilà la recette de « At The Corner Of The World » qui, dès l’introduction éponyme, nous plonge dans un récit aux allures groovies de part sa ligne de basse « fugazienne », et nous achève avec « Dust », magnifique voyage aux ambiances mouvantes au cours duquel Conger! Conger! n’oublie pas de nous électrocuter avec des titres comme « When I Was A Nigger » et « The Fall » aux allures noise, de nous embarquer avec le réussi et aérien « Old Age », ou encore « Her Name » et ses voix élevées vers un registre plus pop. Le groupe signe donc ici un opus remarquable qui mériterait, de part le témoignage qu’il porte sur des événements tragiques et sa consistance musicale, d’être entendu et considéré sur les scènes hexagonales et internationales.

En écoute


À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire