Composer – « The Edges Of The World »

compo180Album
(InFine)
10/10/2011
Electro pop hybride

A l’origine, Composer n’était pas fait pour durer. En effet, sous l’impulsion d’Alexandre Cazac, co-directeur artistique d’InFiné, ce duo complémentaire en apparence fut sélectionné dans le cadre des « Workshops » du label pour un concert unique et éphémère. La prestation s’étant révélée à la hauteur, c’eût été trop bête de s’arrêter là. Nait donc « The Edges Of The World », le fruit d’une semaine passée ensemble à tisser des liens autour de la musique, passant alors de deux projets solos à un seul. En effet, Eric Raynaud a déjà fait une incursion expérimentale chez InFiné sous le pseudo Fraction, tandis que Guillaume Eluerd affiche déjà deux albums folk à sa discographie. Sur papier comme sur disque, l’alchimie fonctionne, chacun semblant faire des efforts pour mettre l’autre à l’aise. En toute confiance, Guillaume pose alors ses vers sur les arrangements hybrides d’Eric, et les nouveaux complices s’apprivoisent l’un l’autre sur neuf titres sans réel fil conducteur, tissant un album qui retourne sa veste à chaque changement de piste. Sans être représentatif du disque, « Check Chuck » l’introduit et mérite qu’on s’approche de cette pop gentillette et doucement funky, balayée par une seconde plage complètement ambient (« The First Time »). Un contrepied qui devient systématique lorsque l’on saute du titre-étincelle « Seven Days » et ses formidables déconstructions digitales à l’electronica épurée de « Aqualung », ou lorsque, en un clin d’oeil, les paysages aussi glacials que fragiles de « Biome » passent la main à l’electrotek solidement texturée de « Polar Bear ». A noter que Suzanne The Man (déjà aperçue aux cotés de M83, Villeneuve ou Lab°) apporte sa touche féminine sur trois morceaux, particulièrement sur « The Edges Of The World », comptine somme toute classique qui finit contre toute attente par prendre un virage complètement Moroderien. Paradoxalement, cette association réussit ainsi à captiver autant par sa spontanéité que par son manque de cohérence. Et pendant ce temps, InFiné, qui tient ici son projet le plus pop, continue sa quête de diversification en restant aisément sur le podium des labels les plus élégants de l’Hexagone…

En écoute

« Check Chuck

Disponible sur
itunes40

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire