Various Artists – « Nova Explore Blue Note Vol.1 »

Nova Explore Blue Note Vol.1[Album]
26/05/2008
(Blue Note/EMI)

Prenez les sélections futées et audacieuses de Radio Nova, ajoutez-y le génie du label new-yorkais Blue Note et vous obtenez la compilation « Nova Explore Blue Note Vol. 1 », dont le contenu charme de toute évidence autant que le titre. Car derrière cette élégante pochette crayonnée se cache un panel de titres délicieusement jazzy, ressortis de l’ombre par les programmateurs de la radio. En explorant Blue Note, Nova aurait pu prendre le parti de compiler une énième fois les grands classiques qui donnèrent sa notoriété au label fondé en 1939. Mais pour façonner une sélection vraiment originale, les héritiers de la frénésie musicale de Jean-François Bizot ont eu raison d’aller chercher tout ce que le label avait sorti de meilleur et de plus pointu, aux quatre coins du globe (n’oublions pas, par exemple, que Blue Note a signé plusieurs albums de la scène jazz hexagonale, à commencer par ceux d’Erik Truffaz ou le fameux « Lipopette Bar » d’Oxmo Puccino). C’est d’ailleurs en hommage à « JFB » et à son impressionnante collection de galettes que le radio nova crew a compilé ces morceaux où se côtoient Mos Def, Horace Silver, Nina Simone, Michel Legrand, Claude Nougaro… Un « Grand Mix » Blue Note qui pioche ainsi dans tous les genres et toutes les époques du label, du groove funky de la flûtiste Bobbi Humphrey sur le puissant « Chicago, Damn », enregistré en 1973, au cinématique « If You Arrest Me » des Troublemakers de Marseille, en passant par la création moderne et savamment rythmée du français Booster, ou encore par l’incontournable « Street Lady » du maître de la trompette Donald Byrd. Si l’ensemble des titres s’accorde harmonieusement autour d’une prévalence pour la période des 70’s, on retiendra tout particulièrement la performance du guitariste Charlie Hunter sur le langoureux « Creole », magnifié par la voix de Mos Def, l’impressionnante version latin jazz d' »Eleanor Rigby » des Beatles offerte par Joe Torres, gorgée de percussions endiablées, ou le piano épileptique du jeune Jason Moran dans l’avant-gardiste « Planet Rock ». On ne pouvait enfin rêver plus belle conclusion que cette splendide version live, absolument saisissante, du « Blackbird » de Nina Simone, enregistrée au Carnegie Hall de New-York en 1962. Avec cette épatante compilation, Nova réussit le pari parfaitement maîtrisé d’offrir une visite sans redite du mythique label en s’éloignant des sentiers battus, confirmant d’une pierre deux coups son incroyable talent de traqueur de titres. En espérant que le deuxième volume soit déjà dans les tuyaux…

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire