Various Artists – « Manifeste Electronique »

Manifeste Electronique[Album]
01/05/2007
(UWE/Discograph)

1989, Bérurier Noir décide de se faire péter en plein vol, après six ans de folie pure qui marqueront durablement toute une frange de la jeunesse française. Pendant ces quelques années, la troupe a en effet su imposer au système une éthique et une esthétique incontestables, tant et si bien que beaucoup y verront une sorte de The Clash hexagonal

2003, la bande de François et Loran fait un retour fracassant aux Transmusicales de Rennes, sur fond de confrontation musclée avec les CRS. Au même moment, le collectif hard techno Radiation Sound System sort un maxi intitulé « Fils de Punk », qui revisite deux morceaux des Bérus. Le disque s’arrachera littéralement dans le milieu des free parties. La génération teufeurs d’aujourd’hui s’est en effet largement érigée sur les valeurs du mouvement alternatif des 80’s (DIY, clandestinité, codes vestimentaires, refus de l’autorité et du capitalisme…) sans compter que la boite à rythmes affolée qui servait de batteur au Bérurier Noir allait donner le ton à toute une famille électronique (dub, techno, hip hop…)

2007, après une récente reformation mitigée et un nouveau split, le nom des Bérus reste sur toutes les lèvres, surtout dans un contexte politique qui coupe une France en deux. La fine fleur de la techno française y va donc aujourd’hui de son petit hommage avec ce « Manifeste Electronique » au tracklisting sévèrement burné (Interlope, Crystal Distortion, Micropoint, Elisa Do Brasil + Dj Ben, Punish Yourself, Signal Electrique, Manu Le Malin, La Phaze, Le Peuple De L’Herbe, Sayag Jazz Machine, Heretik System…)

La recette d’un morceau de Bérurier Noir est à la fois simple et compliquée: guitare cradingue, sifflets stridents, boite à rythmes essoufflée, choeurs de supporters, rage adolescente et slogan partisan en guise de refrain. Un minimalisme finalement pas si évident à maîtriser. Preuve en est que ce sont les groupes qui auront choisi le parti de l’expérimentation (et donc de la complication) qui s’en sortent le moins bien (cf. Le peuple De L’Herbe, Sayag Jazz Machine, Punish Yourself…). Si on ne peut pas vraiment leur en vouloir sur le principe, ils sont souvent passés à côté de l’essentiel… Au contraire, ceux qui ont joué franchement le jeu de l’hymne punk, certes pas forcément finaud mais d’une efficacité redoutable, s’en tirent avec les honneurs

Et parmi les réussites de ce disque, le tiercé gagnant se jouera indubitablement entre la Phaze, Interlope et Micropoint. Les premiers, rompus à l’exercice de la reprise (Les Thugs, The Clash…), s’approprient de fort belle manière un « Vivre Libre Ou Mourir » au final meurtrier qui sent l’urgence (les urgences?). Il faut dire que le morceau d’origine est un tube intemporel comme nous le prouve aussi la version chanson décalée de Popof & Josselyn Syllard en fin d’album. Le duo d’Interlope se lance, quant à lui, dans une remise à jour plus que jouissive de deux titres, imbriqués ici en medley logiquement mais très judicieusement baptisé « Le Renard Dans La Porcherie » (avec extraits de discours de notre nouveau Président en intro, pour ceux qui n’auraient pas capté l’allusion…). Les givrés de Micropoint font de leur côté exploser vos enceintes avec une version ultra rock’n’roll de « L’Empereur Tomato Ketchup » qui va faire pogotter dans toutes les free de France et de Navarre

L’histoire ne dit pas si le Volume 1 qui apparaît en sous-titre appellera un Volume 2. Mais ça ne serait pas de refus..

Un dernier petit mot pour souligner que la pochette est illustrée par le plus punk des dessinateurs, le moustachu Luz (dont nous vous conseillons tous les albums, souvent à mourir de rire!)

Difficile de dire si ce disque parlera autant à ceux qui n’ont jamais écouté les originaux (la honte!!)… Mais pour tous les agités qui se surprennent parfois à beugler niaisement sur les tubes de « Viva Bertaga », le majeur levé dans leur salon, ce disque devrait faire son petit effet… Allez swingue, keupon!!

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire