Various Artists – « Emo Glam Connection 666 »

Emo Glam Connection 666[Maxi]
06/06/2006
(Buzz Off/Overcome)

Le 6 juin 2006, quelle autre date aurait pu mieux convenir au nouveau rassemblement d’une scène punk rock française anglophone qui s’amuse à continuellement brûler les scènes sur lesquelles elle se produit à longueur d’année, comme d’autres crament un cierge? Car étonnement, ces formations sont en général plus présentes dans les salles et bars de l’Hexagone que dans les bacs des disquaires. Voilà sûrement une des raisons qui a poussé Buzz Off à lancer cette série de l’Emo Glam Connection il y a maintenant quelques années, et qui arrive aujourd’hui à son troisième volume. Certains comme Second Rate ou Seven Hate ont depuis disparu, mais ont été remplacé par quelques combos remontés à bloc, signes d’une scène qui se régénère continuellement

Cette fois, Uncommonmenfrommars, Dead Pop Club, Fying Donuts, Sexypop, The Pookies et Generic, armés de leur inédit respectif, figurent sur la ligne de départ entre deux parenthèses signées Thomas Vandenberghe, ancien rédacteur en chef d’un magazine national depuis reconverti dans le one man show comique. Les petits hommes verts ouvrent le bal avec un titre issu de la session d’enregistrement de leur dernier album avec Ryan Greene. « Come My Way » est plutôt court car exécuté pied au plancher, mais s’inscrit dans une pure lignée Uncommonmenfrommars. Dead Pop Club prend la suite avec un « Photograph » efficace et sans surprise, même si on regretterait presque une production un ton en dessous de leur dernier album. Cette remarque vaut un peu plus pour les spinaliens de Flying Donuts dont le « Date For Tonight » paraît assez léger par rapport à leur récent « Renewed Attack » bénéficiant d’une énorme production. Plus tard, Sexypop, désormais quatuor avec l’ajout récent d’un second guitariste, pond un « She Said » qui restera sûrement le meilleur titre de ce troisième volet. Quant aux nouveaux venus, The Pookies et Generic (duo composé d’ex Second Rate) sont très certainement ceux à la personnalité musicale la plus affirmée, les premiers avec leur punk n’roll brut de décoffrage rappelant The Marshes, les seconds reprenant avec culot le fameux « Blueprint » de Fugazi en version basse/batterie pour un résultat forcément original et différent

L’Emo Glam Connection 666 tient donc toutes ses promesses, entre confirmations et révélations, tel un état des lieux dûment rempli de la scène punk rock mélodique française actuelle. Bien sûr, ces six titres restent encore trop réducteurs étant donné le nombre de groupes en pleine ascension qu’on aimerait voir intégrés à cette petite famille. Pensons à Tang notamment qui, dans un genre encore différent, mériterait sa place haut la main. Ça, c’est pour notre côté gourmand car, quand on aime, on a tendance à retourner le buffet..

Ecoutez un extrait ici

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire