Various Artists – « Bodo Riddim »

Bodo Riddim[Album]
16/06/2007
(Minor 7 Flat 5/Nocturne)

Le « one riddim album » est une véritable institution dans le monde du reggae/dancehall. Le principe est simple: un seul riddim sur lequel une pléiade de deejays et singjays viennent poser. La plupart des grands labels reggae actuels s’y sont frottés, de Greensleeves à VP Records, en passant par Twin Bros, réactivant de la sorte une tradition jamaïcaine bien ancienne selon laquelle les riddims originaux sont destinés à circuler et à se transformer, passant entre les mains d’artistes parfois très différents. C’est aujourd’hui au tour du label allemand Minor 7 Flat 5 de jouer le jeu du riddim unique avec la sortie de leur premier one riddim album à partir du « Bodo Riddim » d’Andreas Christopherson aka « Brotherman », fondateur du label en 1999. Une initiative intéressante au regard de la qualité des productions du label, qui a notamment signé quelques jeunes artistes « conscious » très prometteurs à l’instar de Turbulence, Lutan Fyah et Josie Mel

Malheureusement, le « Bodo Riddim » proposé ici n’est certainement pas la meilleure production de Brotherman de ces dernières années: une bass line et un rythme très basiques et presque plats, agrémentés de quelques cuivres classiques, bref, rien de transcendant pour du roots and culture… Il incombe ainsi aux chanteurs qui se succèdent de mettre un peu de piquant dans la sauce… Et tous n’y arrivent pas avec le même succès. On retiendra tout de même quelques titres comme « Troddin », la version d’Horace Andy qui nous éblouit toujours avec sa voix mystique qui n’a pas bougé d’une note, « Fulfillment Time », le duo original de Tony Tuff (des African Brothers) et Smokie Benz, ou celui de Josie Mel et Lutan Fyah, « This Whole World », tout simplement énorme. Autant dire que face à ces titres, ceux enregistrés avec les éléphants du dancehall Capleton, Sizzla et Bennie Man tapent très vite sur le système… On préfère largement opter pour la fraîcheur de la nouvelle génération nu-roots (relevons aussi les prestations de nouveaux artistes très peu connus comme celles de la chanteuse Jayne Dough et des singjays K-oss et Ricky Ticky)..

Au final, même si ce « Bodo Riddim » a le mérite de proposer des titres interprétés par des artistes aux styles variés, des légendes vétérantes aux jeunes recrues, il se peut que vous zappiez rapidement sur certains, car un seul riddim, ça lasse… Comme la plupart des one riddim albums, « Bodo Riddim » est avant tout destinés aux férus, auxquels une douzaine d’écoutes d’un même riddim ne fait pas peur. Et s’ils n’accrochent pas avec tous les titres, ils peuvent toujours tenter de se procurer quelques versions sorties en singles sur le label jamaïcain In The Streetz…

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire