Motor City 1 – « Back In Clermont Ferrand »

Back In Clermont Ferrand[Album]
01/10/2006
(Pop’Art / Coopérative De Mai/Autoproduit)

Trop peu curieux est, en effet, celui qui s’est uniquement arrêté sur la nouvelle scène parisienne, gerbante d’attitude et finalement bien peu inspirée, pour se faire une idée de ce que pouvait donner le rock en France. Car c’était aussi oublier que pas mal de villes hexagonales (Angers, Poitiers, Bordeaux, Lyon) détiennent chacune quelques formations ayant bien plus construites la réputation de la scène indépendante française que ces gentils merdeux ayant un beau jour décidé de soulever une guitare pour échapper à la messe du dimanche, et au cours d’équitation imposé par papa. Ce n’est donc qu’une demie surprise que Clermont-Ferrand s’ajoute à cette désormais longue liste. Demie, car on connaissait les Real Cool Killers ainsi qu’Atomic Garden, deux groupes de générations différentes ayant contribué à faire trembler quelques planchers ici ou là, et ayant emmené avec eux une palanquée de jeunes pousses prêtes à détrôner leurs aînés « rois ». C’est ceux là, adeptes d’un rock supersonique sans autre souci que de se faire exploser les tripes à grands coups de décibels, que la compilation « Motor City 1 / Back In Clermont Ferrand » répertorie. Un concept simple (une seule journée de studio, prise live), une belle salve de sincérité, et voilà qu’on se surprendrait presque à envisager un pèlerinage dans le centre de la France. Car ce disque contient son petit lot de surprises, parmi lesquelles les impressionnants Aftersun (« The Scream Of Silence »), Ass Bandit et leur rock sixties hérité des Sonics (« Solution’s To Communicate »), les désormais reconnus Elderberries (« Gotta Get Me Good ») ou le prometteur septet The Kissinmas (« Can’t You See »). Que les jeunes rockeurs de La Redoute ou des 3 Suisses reviennent donc un peu sur Terre, la province ne va pas se gêner pour les rappeler à l’ordre et leur botter le cul

Ecoutez un extrait ici

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire