Commodor – « Driving Out Of Focus »

Driving Out Of Focus[Album]
12/05/2008
(Distile/Anticraft)

Attention, c’est une véritable révélation du rock européen incandescent que le minuscule label Distile est allé dégoter en Suisse, à Genève plus précisément, confirmant par la même occasion qu’il existe bel et bien un berceau du genre de l’autre côté des Alpes. Ça ne fait aucun doute, « Driving Out Of Focus » parlera aux amateurs de post hardcore de longue date, celui qui animait déjà Quicksand, Shovel et Fireside dans les années 90, et qui continue encore de secouer quelques esgourdes par le biais de sérieux représentants dispersés sur divers territoires enclins à ce genre de déflagrations (Espagne, Angleterre, Suède, Canada, USA…). Car, une écoute de Commodor, qui compte un Knut dans ses rangs, est plutôt du genre à laisser autant de traces indélébiles que de souvenirs addictifs, provoquant l’obsession d’y retourner sans attendre une fois la dernière note évanouie. C’est que ces Suisses ont du savoir faire, surtout lorsqu’au sein d’un même morceau, ils se montrent capables d’exploiter tout le potentiel bruitiste de leurs guitares à coups d’accords puissamment plaqués, qu’ils multiplient les changements de rythme, qu’ils optent pour un chant partagé entre tension et mélodie, comme savait si bien le faire Walter Schreifels. Entre autres. Sans compter sur quelques ajouts de bon goût, comme ce clavier qui vient soigner les finitions de l’énorme « Liquid Fire » d’ouverture, et qui réapparaîtra ici ou là durant ces quarante minutes généreuses. Car la suite de ce premier album ne sera pas en reste, dévoilant tour à tour de petits brûlots qui, comme par magie, se dessinent au fur et à mesure que l’on s’y enfonce, pendant lesquels le bruit devient mélodique et les jolies notes s’échouent dans une cacophonie jouissive, sans jamais tomber dans une démonstration virile outrancière. À ce petit jeu, le scotchant « Panavision », le groovy « Don Starsky », les colériques et planants « Drifting Figures » et « Dune » plus proches du post rock, font très bonne figure et enfoncent le clou tour à tour quant à la grande maîtrise du groupe. De ce fait, « Driving Out Of Focus » rejoint donc le cercle fermé car restreint des petites productions assénant une véritable claque à chacune des écoutes qu’on leur accorde. Quand on veut bien leur en accorder. Vivement conseillé donc, s’il était encore nécessaire de le préciser..

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire