Coldcut – « Sound Mirrors »

Sound Mirrors[Album]
30/01/2006
(Ninja Tune/Pias)

Absent des bacs nouveautés des disquaires depuis bientôt une décennie, Coldcut fait aujourd’hui son grand retour sur la scène électro. Pas étonnant donc que le duo britannique donne naissance à son meilleur album, que « Sound Mirrors » soit le mieux produit, le plus varié et le plus intéressant de sa discographie. Le contraire aurait été d’une tristesse sans nom après neuf ans à regarder la scène évoluer. Pire, Coldcut serait clairement passé inaperçu, chose clairement impensable du point de vue de Ninja Tune. Alors oui, ce nouvel opus est profond, bien pensé, mais on n’en attendait pas moins, d’autant plus que les invités ici présents contribuent aussi largement à faire de cet album un des évènements musicaux de cette nouvelle année

Ouvrir avec « True Skool » sur une note electro dancehall en grande partie due à la présence de Roots Manuva s’avère plutôt judicieux, surtout que l’anglo-jamaïcain jouit d’une réputation désormais indestructible dans le coeur des accrocs d’électro hip hop. Ce n’est qu’à l’entame de « Walk A Mile » (feat Robert Owens), aux accents Consolidated, que la variété des productions de Coldcut se révèle. La suite ne sera que de cet acabit. Tout s’enchaîne avec une insolente cohérence même si le popisant single « Man In a Garage » n’a clairement rien à voir avec l’aquatique et planant « Mr Nichols » ou Saul Williams ne semble s’être jamais aussi bien senti. Même constat lorsque « Everything Is Under Control », premier single engagé et ultra-efficace comprenant Mike Ladd et Jon Spencer au rang des featurings, prend le relais de « Whistle And a Prayer » ou Fog est tel un poisson dans l’eau, lui qui avait pourtant du mal à convaincre sur ses précédents efforts solo

« Boogieman », dans un registre similaire au titre d’ouverture avec le légendaire poète américain Amiri Bakara, « Colours The Soul », morceau downtempo sur lequel Dom Spitzer donne de la voix, ou le final « Sound Mirrors », proche de Cinematic Orchestra, enfoncent le clou et finissent clairement de convaincre que le retour de Coldcut sera à marquer d’une pierre blanche. Ce nouvel opus, malgré quelques titres plutôt passables (« The Island Earth », « Just For The Kick » pour les citer) tient donc toutes ses promesses. Au point que l’égaler s’avèrera quasiment mission impossible. Ce qui, une nouvelle fois, n’est pas une surprise. Dans un autre registre, on ne s’attend pas non plus à ce que Radiohead finisse par sonner comme Maroon 5

Ecoutez l’album ici

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire