Cloud Nothings – ‘Here And Nowhere Else’

Album / Pias Cooperative – Carpark / 31.03.2014
Indie punk

Comme beaucoup, nous étions totalement passés à côté des débuts de Cloud Nothings, quand Dylan Baldi enregistrait seul des morceaux pop-garage pour les enrober ensuite d’une production volontairement lofi. Sans regret à vrai dire, puisqu’il ne nous aurait pas arraché le moindre mot. Non, il a suffi au jeune songwriter de remettre en cause les techniques de travail du Dieu Steve Albini juste après l’enregistrement de ‘Attack On Memory‘ à Chicago pour qu’on daigne se pencher sur sa musique. Il lui reprochait de jouer au scrabble sur son téléphone portable pendant l’enregistrement, le producteur rétorquant qu’il s’agissait d’une technique comme une autre pour ne pas sombrer dans des détails nuisant généralement aux albums. Si chaque point de vue se défendait aisément, toujours est-il que ce troisième opus a définitivement ouvert la porte d’un monde plus grand au jeune rockeur de Cleveland.

Il aura donc fallu attendre deux ans, et la sortie de ce ‘Here And Nowhere Else’, pour enfin prendre parti. Produite par l’éminent John Congleton, composée lors des moindres moments de liberté offerts par l’harassante tournée qui suivit ‘Attack On Memory’, cette nouvelle salve reprend les choses exactement là ou Cloud Nothings les avait laissées. Jusque dans le son, trop peu différent de celui d’Albini pour que celui-ci puisse vraiment le revendiquer. Le reste est sans surprise aucune, et c’est bien le seul reproche qu’on puisse cette fois adresser au trio, si ce n’est aussi celui d’une composition peut être un peu trop hâtive, trahie par quelques ficelles plusieurs fois tirées sans trop de distinction (les conclusions chaotiques de ‘Psychic Trauma’ et ‘Pattern Walks’), soulignant néanmoins l’identité du disque.

En effet, à l’exception d’un ‘Giving Into Seeing’ à deux doigts d’y retomber, ‘Here And Nowhere Else’ laisse de côté les longues progressions noisy de ‘Attack On Memory’ pour adresser huit titres d’un indie punk généreux, intense et rugueux, interprété pied au plancher. Têtes baissées, Cloud Nothings va droit à l’essentiel, privilégie l’énergie, comme des mélodies plus affûtées que jamais (‘Now Hear In’, ‘Just See Fear’, ‘I’m Not Part Of Me’), promettant déjà de grands moments live. Ainsi, si le précédent opus pouvait se vanter d’aligner quelques tubes incontestables, celui-là maîtrise plus encore son sujet. Constance insolente en la matière, breaks ravageurs (‘Quieter Today’, ‘Pattern Walks’) et changements de rythme imparables (‘Psychic Trauma’, ‘No Thoughts’) sont autant de carte abattues par un Dylan Baldi totalement dans son élément, qui signe là – sans contestation possible – un des albums les plus frais et spontanés de l’année 2014. Si c’est un détail pour vous, pour nous ça veut dire beaucoup.

‘Psychic Trauma’, ‘Just See Fear’, ‘Giving Into Seeing’, ‘Pattern Walks’, ‘I’m Not Part Of Me’

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire